SOCIéTé  |    

L'Onu va envoyer 900 Casques bleus supplémentaires en Centrafrique

Par Xinhua - 16/11/2017

Bintou Keita, Sous-Secrétaire générale de l'ONU aux opérations de maintien de la paix, a par ailleurs briefé le Conseil de sécurité sur la situation au Darfour.

 

Mercredi, le Conseil de sécurité de l'ONU a prolongé d'un an le mandat de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation en Centrafrique (MINUSCA), et a autorisé le déploiement de 900 militaires supplémentaires dans la région, conformément aux recommandations du Secrétaire général de l'ONU.

Le nouveau mandat de la MINUSCA se concentrera en priorité sur trois tâches : protéger les civils ; mieux soutenir le processus de paix, notamment pour ce qui est de la réconciliation nationale, de la cohésion sociale et de la mise en place d'un système judiciaire de transition ; et faciliter la création d'un environnement sûr, pour permettre un acheminement immédiat, complet, libre et sécurisé de l'aide humanitaire.

Bintou Keita, Sous-Secrétaire générale de l'ONU aux opérations de maintien de la paix, a par ailleurs briefé le Conseil de sécurité sur la situation au Darfour.

Elle a déclaré que le processus politique visant à négocier un règlement du conflit avec les parties n'ayant pas signé le Document de Doha pour la paix au Darfour était encore dans l'impasse.

Elle a cependant signalé que les affrontements entre le gouvernement et les non-signataires étaient récemment devenus moins fréquents.
Mme Keita a souligné que le Darfour avait beaucoup changé depuis le déploiement initial de la Mission conjointe des Nations Unies et de l'Union africaine au Darfour (MINUAD), les conditions de sécurité s'étant globalement améliorées.

Cependant, cette évolution positive n'a pas débouché sur un retour volontaire et durable des personnes déplacées, et près d'un tiers de la population initiale du Darfour reste réfugiée.

Mme Keita a ajouté que cette situation reflétait la persistance des inquiétudes de la population quant aux conditions de sécurité et aux incertitudes qui planent sur la région, ainsi que son manque de confiance envers les conditions actuelles autant qu'envers ses perspectives d'avenir.

Cette situation s'explique principalement par la lenteur des progrès réalisés sur les problèmes clé, comme la gestion des terres et des ressources rares, la justice et la réforme du secteur de la sécurité.
Le Conseil de sécurité de l'ONU s'est réuni mercredi pour discuter du projet de résolution proposé le 6 novembre par la France pour renouveler le mandat de la MINUSCA.

Avant cette réunion, les membres du Conseil s'étaient déjà rencontrés trois fois pour débattre de ce projet, qui reflète en grande partie les recommandations avancées par le Secrétaire général dans son dernier rapport.

 

 
MOTS CLES :

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués