SOCIéTé  |    

Centrafrique: Un prélat temporairement détenu par la CPJP à Sam-Ouadja

Par Kpangbandjé - 07/06/2011

Le véhicule et le chauffeur ainsi que certains biens appartenant à Mgr Edouard Mathos ont été emmenés par les rebelles

 

En revenant d’une tournée pastorale dans la région de Sam-Ouadja, l’Evêque de Bambari, Monseigneur Edouard Mathos a été retenu un temps soit peu par les éléments de la Convention des Patriotes pour la Justice et la Paix. D’ordinaire, chaque Evêque rend public un programme annuel de tournée pastorale dans l’ensemble du diocèse dont il a la charge. Le but est non seulement d’aller à la rencontre des chrétiens pour administrer le sacrement de confirmation mais également pour partager la vie des condisciples prêtres afin de toucher du doigt les difficultés auxquelles ils sont confrontés au quotidien. C’est ainsi que pour ce début de mois de juin, Mgr Mathos a sillonné la régions de Sam-Ouadja et ses environs. Le diocèse de Bambari englobe également la région de Sam-Ouadja en proie à l’insécurité et où sévissent régulièrement les éléments de la CPJP encore non signataires des accords de cesser le feu et de paix avec le gouvernement de Bangui.

 


© diodebambari.com
Le prélat Monseigneur Edouard Mathos de Bambari
Au cours d’une tournée pastorale effectuée dans cette partie du diocèse de Bambari, Monseigneur Edouard Mathos est tombé dans une embuscade tendue par les éléments de la CPJP dans le village de Mouca non loin de Sam-Ouadja. En dépit de la présentation, les éléments de la CPJP n’ont voulu rien savoir. Pour eux, le Prélat devait convaincre le gouvernement à accepter les négociations en vue de la signature des accords de paix afin de soumettre les éléments au processus de DDR. Après l’avoir maintenu un moment en captivité Monseigneur Mathos, il a été libéré. Cependant, le véhicule, le chauffeur et les biens de l’Evêque ont été emmenés par les éléments rebelles. Celui-ci, n’a encore fait de déclaration mais on peut imaginer que le véhicule et son conducteur pourront recouvrer leur liberté. Il y a lieu de croire qu’au-delà de ce geste, c’est un signal fort lancé à l’endroit du gouvernement.

 

 
MOTS CLES :

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués