ECONOMIE ET BUSINESS  |    

La BEAC prévoit une amélioration de la situation macroéconomique en 2017 (officiel)

Par APA - 07/11/2017

Le Comité de politique monétaire (CPM) de la Banque des États de l’Afrique centrale (BEAC) a noté un «renforcement du cadre macroéconomique» dans la sous-région par rapport à 2016

 

Le Comité de politique monétaire (CPM) de la Banque des États de l’Afrique centrale (BEAC) a, au lendemain de sa 3ème réunion ordinaire de l'année, tenue le 2 novembre dans la capitale tchadienne, N’Djamena, noté un «renforcement du cadre macroéconomique» dans la sous-région par rapport à 2016.

Dans un communiqué publié lundi depuis le Cameroun, et se basant sur les données économiques, monétaires et financières mises à jour de l'année 2017, il constate ainsi une légère reprise de la croissance économique à +0,2% en termes réels, une atténuation des tensions inflationnistes, avec un taux de +1,0% à fin décembre 2017.

Le CPM fait aussi état d’un recul du déficit du solde budgétaire, base engagements, hors dons, à -3,1% du PIB, d’une amélioration des comptes extérieurs, avec un déficit du solde courant revenant à 6,4% du PIB, mais également d’une stabilisation du taux de couverture extérieure de la monnaie à 59,1%.

Tenant compte de ces analyses, et après examen des différents facteurs influençant la stabilité monétaire et financière sein de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (CEMAC), cette instance a décidé de maintenir inchangés le taux d'intérêt des appels d'offres, le taux de pénalité aux banques et aux Trésors publics, les taux d'intérêt sur les placements des banques, les coefficients et le taux de rémunération des réserves obligatoires.

Afin d'offrir plus de flexibilité aux établissements de crédit, dans la gestion de leur liquidité et de redynamiser les échanges interbancaires, le CPM a par ailleurs adopté la décision portant modification du mode de constitution des réserves obligatoires dans la sous-région, selon la méthode des moyennes mensuelles compatible avec le nouveau cadre opérationnel de la politique monétaire.

Le CPM, pour qui de nombreux risques demeurent et pourraient freiner la reprise macroéconomique mondiale et sous-régionale, en particulier la multiplication des foyers de tensions dans le monde et les incertitudes sur la politique économique de la nouvelle administration américaine, note en outre une relative stabilité de la gestion des réserves de change de la BEAC à fin septembre 2017.

 

 
MOTS CLES :  Centrafrique 

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués