NATIONALE  |     INTERNATIONALE  |    

Centrafrique: dialogue avec les groupes armés primordial, selon le président

Par AFP - 26/10/2017

Le dialogue avec les groupes armés est au "centre" de sa stratégie, a déclaré jeudi à Bangui le président centrafricain Faustin-Archange Touadéra

 

Le dialogue avec les groupes armés est au "centre" de sa stratégie, a déclaré jeudi à Bangui le président centrafricain Faustin-Archange Touadéra, lors d'une conférence de presse avec le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres.

Les deux hommes ont pris la parole après une réunion de travail conjointe, à la Présidence, sur le programme de "Désarmement, démobilisation et réinsertion" (DDR) lancé par le gouvernement et soutenu par l'ONU.

M. Guterres a lancé un appel aux groupes armés pour qu'ils "acceptent de participer à la vie politique du pays", assurant que le président centrafricain avait "tout l'appui des Nations unies".

Le DDR, dont un projet pilote a débuté en septembre 2017, a pour objectif de désarmer les milices qui contrôlent la plupart du pays de 4,5 millions d'habitants.

Le projet reste fragile, tant les conflits restent vivaces - faisant des centaines de morts civils ces derniers mois - dans certaines parties du pays (sud-est, nord-ouest, centre).

 


© afp.com - PHILL MAGAKOE
Le président centrafricain Faustin-Archange Touadéra, le 5 avril 2017 à Pretoria
Mi-septembre, un remaniement ministériel a acté l'entrée au gouvernement de représentants de plusieurs groupes armés, dont certains continuent de se livrer à de meurtrières exactions dans le reste du pays.

Cette "ouverture" a suscité le scepticisme de nombreux observateurs, tant le président centrafricain n'a cessé de marteler que la justice serait "implacable" vis-à-vis des auteurs de crimes commis alors que ces mêmes groupes sont unanimement désignés comme les principaux responsables des violences.

A la suite de cette conférence de presse conjointe, les deux hommes se sont rendus au rond-point des Martyrs, dans le centre de Bangui, où ils ont déposé une gerbe.

M. Guterres a ensuite, sous les hourras, serré quelques mains de Centrafricains, réunis en grand nombre sous haute protection aux abords du rond-point.

Mercredi, M. Guterres s'était rendu à Bangassou (sud-est), théâtre de violents affrontements ces dernières semaines qui ont fait des dizaines de morts selon des bilans encore provisoires.

Il avait ensuite rencontré à huis clos à Bangui des victimes de violences sexuelles et des familles de victimes.

Arrivé mardi, pour sa première visite à une mission de paix de l'ONU depuis sa prise de fonctions en janvier, M. Guterres a plaidé à plusieurs reprises pour un renforcement de 900 Casques bleus de la mission de l'ONU dans le pays, la Minusca, forte de 12.500 hommes.

Cette demande doit être actée par le Conseil de sécurité, qui renouvelle en novembre le mandat de la mission.
 

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués