SOCIéTé  |    

Centrafrique: Engager la lutte contre la corruption en milieu scolaire

Par Sebastien Lamba, Xinhua - 05/06/2011

La ministre Gisèle Nam appelle les enseignants à la conscience professionnelle

 

La pratique de la corruption en milieu scolaire ne sera plus impunie, a déclaré la ministre centrafricaine de l'Enseignement primaire et secondaire chargée de l'alphabétisation, Gisèle Nam. C’était au cours de sa toute première séance de travail avec les chefs d'établissements secondaires publics de Bangui. «Ces genres de pratique ne seront plus impunies (..) nous ne pouvons pas continuer à évoluer dans cette impunité», a martelé la ministre, avant d’instruire ses interlocuteurs à prendre leurs responsabilités en mettant en place des stratégies appropriées pour éradiquer la corruption dans leurs établissement respectif, à l'orée des examens de fin d'année qui s'approchent, notamment le Brevet des collèges (BC) et le Baccalauréat en vue de donner une chance égale à tous les candidats. A l'origine de cette rencontre, la diffusion dans les médias de la place d'une série de reportages mettant en exergue la pratique exagérée de la corruption au sein des établissements secondaires publics de Bangui. Dans ces reportages, il ressort que des enseignants exigent des élèves de l'argent pour la correction de leurs cahiers. Il y a également trafic des notes au vu et au su de tout le monde, même sur les terrains des épreuves physiques et sportives du BC et du Bac. «J'en appelle à votre prise de conscience, à votre conscience professionnelle et à votre sens de responsabilité afin d'éradiquer le phénomène de la corruption dans nos établissements», a-t-elle déclaré.

 


© journaldebangui.com
Mme la ministre Gisèle Nam
Mme Gisèle Nam s’est réjouie de la franchise de certains responsables scolaires à reconnaitre l’existence effective de la corruption dans le système éducatif centrafricain. Pour elle, seule la rigueur peut permettre de mettre fin à ce phénomène. Elle reconnaît que le gouvernement, les parents d'élèves et les élèves ont tous une responsabilité dans la pratique de la corruption dans l'encrage de la corruption qui tend à "se formaliser" dans les écoles publiques en Centrafrique. "Nous sommes tous responsables de cette situation que nous déplorons aujourd'hui", a-t-elle avoué. Elle a instruit les chefs d'établissements à veiller sur les enseignants et les élèves en leur imposant la rigueur et la culture de l'excellence et non de la médiocrité et la complaisance afin que le jeune centrafricain trouve sa place dans cette ère de la mondialisation.Dans la corruption et le trafic de notes, les enseignants dits "vacataires", rétribués à la fin de l'année scolaire, sont indexés à cause de leurs difficiles conditions de vie et de travail, si certains permanents ne sont pas épargnés.

Selon Mme Nam, la politique de Kwa Na Kwa (le travail rien que le travail) prônée par le Chef de l’Etat François Bozizé impose a tous les Centrafricains de tous les secteurs, la culture de l’excellence et non la formation au rabais ou encore la médiocrité. Pour certains observateurs, tant que l'Etat ne revalorisera pas les salaires des fonctionnaires, la corruption ne disparaitra pas dans l'administration centrafricaine, quelles que soient les mesures coercitives, à cause du phénomène de la vie chère caractérisé par une augmentation de jeu en jour des prix des produits de première nécessité. Ancienne directrice des examens et concours, Mme Gisèle Nam vient d'entrer au gouvernement comme ministre de l'Enseignement primaire et secondaire chargé de l'alphabétisation. Elle affirme tout mettre en œuvre pour atténuer le phénomène de la corruption dans le système éducatif centrafricain. Dans son intervention la ministre a demandé aux journalistes de se rapprocher des autorités académiques pour recueillir des informations précises sur ces genres de cas.

 

 
MOTS CLES :

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués