FOCUS  |     CONSEILS PRATIQUES  |    

La Faculté des Sciences de Santé ouvre des nouvelles spécialités médicales

Par Afrique-Hebdo - 03/06/2011

La vingtaine d’étudiants seront formés pendant quatre ans en chirurgie, gynécologie, pédiatrie te biologie médicale

 

«En hissant l’Enseignement Supérieur et la Recherche Scientifique en un ministère d’Etat, le Président François Bozizé veut faire de l’Université de Bangui un temple des connaissances et le fer de lance du progrès pour l’émancipation du peuple Centrafricain», a indiqué le ministre d’Etat Jean Wilibiro Sacko. «En raison de l’importance et de la rapidité des changements auxquels nous assistons la société est fondée sur le savoir, de sorte que l’Enseignement supérieur et la recherche sont désormais des composants essentiels aux développements culturels, socio-économiques et écologiquement viable des communautés et des Nations», a-t-il fait savoir. Il s’agit de vingt et un (21) étudiants spécialistes repartis dans les filières suivantes quatre en biologie médicale; six en Chirurgie; cinq en Gynécologie; et dix en Pédiatrie qui seront formés pendant quatre (4) ans.

 


© journaldebangui.com
Des sages femmes en formation
Selon le ministre d’Etat, l’Université de Bangui est entrain de renforcer ses fonctions de services de société visant à éliminer la pauvreté, l’intolérance, la violence, l’analphabétisme et la maladie par une approche interdisciplinaire de l’analyse des problèmes. Il a affirmé que la Faculté des Sciences et de Santé (FACSS) mettra d’ici quatre ans à la disposition de la population centrafricaine des médecins spécialistes en Biologie médicale; Chirurgie générale, Gynécologie-Obstétrique, Pédiatrie et Santé Publique. Il a réitéré que le droit à la santé du peuple centrafricain fait partie des priorités du gouvernement. Car, a-t-il admis « il s’agit pour nous de promouvoir la santé dans les ménages, la communauté et sur les lieux de travail».


 


© journaldebangui.com
Photo de famille lors de la journée mondiale de la santé à Bangui
Le Recteur de l’Université de Bangui, le Pr. Gustave Bobossi Séréngbé a souligné que, la demande sociale de la population Centrafricaine s’exprime d’une manière forte et appelle à une transformation rapide des établissements centrafricains qui doivent renforcer leur capacité propre de gestion et mettre en place des systèmes d’information ainsi que des dispositions de suivi plus performants. Estimant que, les filières de spécialités médicales sont nécessaires, car,a expliqué Gustave Bobossi Séréngbé, le monde est confronté à de multiples défis pathologiques et à de problèmes nouveaux de santé: mutations économiques, politiques et culturelles. «L’évolution de l’état de santé, réaménagement des politiques dans le sens de la décentralisation, le renchérissement constant des soins de santé l’amenuisement des perspectives d’accès universel sont autant d’axes critiques de mes préoccupations.», a-t-il dit.

Il a précisé que la politique de santé en Centrafrique retenue par le gouvernement consiste à vaincre les maladies liées à la pauvreté, à l’exclusion et à l’ignorance. Les différents groupes à risque ne mourront plus des maladies évitables. Il faut rappeler que la Faculté des Sciences de Santé (FACSS) a été créée en 1976 et a formé plus de quatre cent médecins généralistes.
 
MOTS CLES :

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués