NATIONALE  |     INTERNATIONALE  |    

Remaniement ministériel, un virage à 180 degré du président Touadéra

Par Corbeau news - 26/09/2017

Pour preuve, il a fait un fait un virage à même vitesse en conservant Simplice Mathieu Sarandji et faire entrer les rebelles dans le gouvernement

 

Si en politique l’exactitude à remplir ses promesses est une des vertus les moins pratiquées dans le monde, mais faire des promesses sans avoir la volonté ou le pouvoir de les remplir c’est inévitablement une façon de tromper son peuple dixit David Augustin De Brueys. Le président Faustin Archange TOUADÉRA ignorait, lors de son accession à la magistrature suprême en mars 2016, que les promesses faites au peuple lorsqu’on vient d’accéder au pouvoir sont des engagements à respecter et à faire respecter que celles que l’on fait pendant les campagnes électorales. Pour preuve, il a fait un fait un virage à même vitesse en conservant Simplice Mathieu Sarandji et faire entrer les rebelles dans le gouvernement.

En sus des promesses de la rupture et développement faites au moment de sa compagne électorale que l’on le sait que pour le réaliser, que Donald Trump lui soit prêté son budget bisannuel, le président Touadéra miroitait les Centrafricains qu’ils auront un gouvernement exemplaire, sans possibilité pour les groupes armés d’y siéger s’ils ne se sont pas désarmés.

 


© Droits reservés
« Désarmez-vous d’abord et on verra comment on pourrait s’asseoir ensemble pour discuter pour le pays ». Cette phrase de fermeté avait recueilli l’assentiment de ses compatriotes. Et c’était même l’argument principal avancé par certains proches du Premier ministre Simplice Mathieu Sarandji pour défendre le caractère exclusif du gouvernement Sarandji 1.

Voilà 18 mois passés, les groupes armés font royalement leur retour dans le gouvernement de ce même Sarandji version 2 avec à la clé des postes ministériels non négligeables.

À quoi servent finalement les promesses si on n’est pas capable de les tenir ?

Pour l’entourage du Premier ministre, si le président Touadéra, multiplier des promesses, cela pourrait calmer les esprits. C’est pour cette raison qu’il multiplie des promesses.

« C’est une erreur politique que de faire des promesses » a fait savoir un homme politique centrafricain. Comme disait Épicharme, « la promesse est fille de l’erreur, et le dommage fils de la promesse ». Le fait pour le président Touadéra de multiplier des promesses, il abuse ainsi du serment qu’il a prêté devant le peuple centrafricain le 30 mars 2016.
Prenez garde !
 
MOTS CLES :  Centrafrique 

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués