SOCIéTé  |    

Centrafrique : des hommes armés attaquent la ville de Bocaranga

Par Jeune Afrique - 25/09/2017

Des hommes armés ont attaqué samedi Bocaranga, ville du nord-ouest de la Centrafrique et frontalière avec le Cameroun

 

Des hommes armés ont attaqué samedi Bocaranga, ville du nord-ouest de la Centrafrique et frontalière avec le Cameroun, a-t-on appris de sources concordantes, l'une d'elles évoquant « des victimes » au nombre indéterminé.

« Des hommes armés, considérés comme étant des rebelles des 3R, ont lancé une attaque tôt ce matin (samedi) contre la ville de Bocaranga. Des tirs nourris d’armes automatiques ont été entendus partout. Ces hommes ont quasiment occupé les points stratégiques, faisant fuir les habitants », a déclaré à l’AFP une source militaire à Bangui.
Des tirs et des victimes

« Il ne fait aucun doute qu’il y a des victimes. Mais il est encore bien difficile de connaître le nombre exact », a ajouté la source. Contactées par l’AFP, des sources humanitaires n’étaient pas en mesure non plus de fournir un bilan samedi soir.

Un prêtre a fait état également de « tirs ». Quant à un autre habitant de Bocaranga, joint par l’AFP, il a signalé qu’après l’attaque des 3R, les éléments d’autodéfense anti-balaka avaient riposté.

Des centaines de personnes ont fui Bocaranga, selon cette même source,qui a raconté avoir aussi quitté la ville.
Une attaque similaire en février

La ville de Bocaranga, corridor de transhumance abritant des Peuls, a été la cible d’une attaque similaire du groupe 3R en février.

Apparu fin 2015 dans le nord-ouest de la Centrafrique, le mouvement armé 3R prétend protéger la communauté des peuls contre les attaques des milices anti-balaka.

Le conflit en Centrafrique a commencé avec le renversement en 2013 de l’ex-président François Bozizé par les milices Séléka prétendant défendre la minorité musulmane, entraînant une contre-offensive des anti-Balaka majoritairement chrétiens.
Un calme relatif à Bangui

L’intervention de la France (2013-2016) et la Mission des Nations unies (Minusca, 12 500 hommes) ont permis la tenue d’une élection présidentielle début 2016 et le retour d’un calme relatif à Bangui, mais pas dans l’intérieur du pays victime d’un regain de violences des groupes armés.

Mi-septembre, le nombre de réfugiés et de déplacés ayant fui les violences en Centrafrique a atteint son « plus haut niveau » 1,1 million de personnes sur 4,5 millions d’habitants selon l’Agence des Nations unies pour les réfugiés (UNHCR).

En marge de l’Assemblée générale de l’ONU à New York, le président centrafricain Faustin-Archange Touadéra a appelé mardi la communauté internationale à « ne pas oublier » la Centrafrique.

 

 
MOTS CLES :  Centrafrique 

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués