SOCIéTé  |    

Centrafrique: la situation sociale et sécuritaire continue de se dégrader dans l'est

Par Xinhua - 06/09/2017

La situation sociale et sécuritaire continue de se dégrader dans la partie est de la Centrafrique, notamment dans les villes de Bria (centre-est) et de Zémio (sud-est)

 

La situation sociale et sécuritaire continue de se dégrader dans la partie est de la Centrafrique, notamment dans les villes de Bria (centre-est) et de Zémio (sud-est), théâtres d'affrontements meurtriers en juin dernier.

A Bria, chef-lieu de la préfecture de la Haute-Kotto, à plus de 500 kilomètres de la capitale Bangui, de nouvelles tensions ont éclaté entre deux factions rivales de l'ex-rébellion séléka, le Front populaire pour la renaissance de la Centrafrique (FPRC) d'Abdoulaye Hussein et l'autre branche du même mouvement dirigée par Azor Kalité, suite à l'entrée dans la ville des renforts du premier depuis la ville voisine d'Ouadda, selon un témoin.

En outre, le vol d'une moto en milieu de journée par l'une des factions aurait fait monter les tensions d'un cran à Bria. Il est à noter que selon la presse locale, une simple dispute autour d'une moto a été à l'origine des violences communautaires survenues fin juin dernier à Zémio, qui avaient fait une vingtaine de morts.

Des tirs ont été entendus autour de deux sites accueillant les déplacés internes, à savoir l'hôpital de Bria et l'église catholique Saint-Louis, séparés par une route. Une personne a été blessée par balles et un travailleur humanitaire de l'ONG Espérance a été agressé.

 


© Droits reservés
A Zémio, à plus de 1000 kilomètres de Bangui, dans l'extrême sud-est du pays, une église catholique accueillant des déplacés internes a été attaquée par des mercenaires, probablement venus du Soudan du Sud, selon des sources locales. Le curé et les personnes déplacées qui y avaient trouvé refuge ont traversé le Mbomou, cours d'eau qui fait office de frontière entre la Centrafrique et la République démocratique du Congo. D'autres sont restés cachés dans la brousse.

L'église aurait été complètement vandalisée, de même que le centre de santé de la ville. Des maisons ont été incendiées et plusieurs morts sont à déplorer.

Jusque-là, le gouvernement centrafricain n'a pas été en mesure de déployer l'armée sur le terrain pour protéger les civils. Les forces de maintien de la paix des Nations Unies (MINUSCA) n'ont pour l'heure émis aucun commentaire.

Le chef de l'Union pour le renouveau centrafricain (URCA), Anicet-Georges Dologuélé, ancien candidat à la présidentielle de 2016, a déclaré début août au journal français Le Monde que le vide du fauteuil présidentiel et la passivité de la MINUSCA étaient responsables de l'aggravation des violences.
 
MOTS CLES :  Centrafrique 

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués