ECONOMIE ET BUSINESS  |    

Centrafrique: Création de l’Institut supérieur d’agronomie d’Afrique centrale

Par Kpangbandjé - 26/05/2011

L’objectif de ce projet est de doter le secteur agricole de nouvelles technologies et de nouveaux savoir-faire pour permettre le développement

 

Le ministre d’Etat à l’Enseignement supérieur et à la recherche, M. Jean Willybiro Sacko, représentant personnel du Premier ministre chef du gouvernement, a présidé la cérémonie d’ouverture du séminaire atelier portant sur le lancement officiel du Projet de l’Institut supérieur d’agronomie d’Afrique centrale. L’objectif de ce projet est de doter le secteur agricole de nouvelles technologies et de nouveaux savoir-faire pour permettre le développement dudit secteur. La vocation de cet institut est de travailler en vue de pouvoir développer toutes ces potentialités et les mettre au service du développement et pour assurer une meilleure condition de vie de la population tant dans la zone urbaine que dans la zone rurale. L’objectif général de ce projet est aussi de faire de la formation et de la recherche universitaire un pilier dynamique de formation agricole et socio économique en Afrique centrale.

 


© journaldebangui.com
Le siège de Cemac à Bangui
Dans son discours, le Vice-recteur de l’Université catholique d’Afrique centrale, le professeur Richard Filakota, a rappelé qu’après l’indépendance de la République Centrafricaine, et plus précisément dans les années 1970 et 1980, les systèmes éducatifs tant au niveau primaire, que secondaire et supérieur ont été mis à l’épreuve à travers des séries de réformes aléatoires, des programmes d’ajustements structurels peu adaptés, des années blanches à tel point que les jeunes qui entrent dans la vie active, n’ont pas une base solide de préparation à la professionnalisation. C’est pourquoi, conscients de ces difficultés, les Evêques de l’ACERAC (Association des conférences épiscopales de la région d’Afrique Centrale) se sont donnés comme mission de s’investir dans l’enseignement supérieur sous toutes ses formes en vue de participer à la socialisation des jeunes, à la formation des compétences, à l’éducation à la citoyenneté, à la mise en place des laboratoires plus performants et d’où est née l’idée du projet de Institut supérieur d’agronomie d’Afrique centrale.

Il a précisé qu’à la différence des autres institutions telles que l’Institut catholique de Yaoundé, l’Ecole des Sciences infirmières et l’Institut supérieur de technologie en Afrique centrale à Pointe Noire au Congo Brazzaville et à Douala, l’ASAAC entend se spécialiser dans le domaine de l’agriculture et de l’élevage. Cet institut veut mettre en place un Agropole dynamique. Il vise à relever le défi de l’agriculture africaine et devra proposer des alternatives à travers des approches nouvelles en matière de formation et de recherche, autour d’une vision axée sur des thématiques pertinentes, lesquels conduiront à une Révolution verte africaine, comme en Asie et en Amérique du Sud. Le vice-recteur Filakota a précisé que leur ambition est de répondre à quatre vocations à savoir , former, moderniser, mécaniser l’agriculture en vue d’accroître la productivité de la terre et du travail, de promouvoir une nouvelle génération d’agriculteurs capables de satisfaire les besoins alimentaires et d’assurer les produits locaux une meilleure compétitivité sur les marchés extérieurs, de susciter de la richesse et de l’emploi en Centrafrique et dans les pays de la Sous région à partir des ressources variées dont ils disposent, à savoir de vastes espaces terrestres, des climats généreux, des sols fertiles, des variétés végétales etc. Enfin, de contribuer de manière efficace à la lutte contre la pauvreté.

 


© journaldebangui.com
Un tas de mangue à même le sol dans les rues de Bangui
Le Nonce apostolique Mgr Judes Tadeus Pokolo a souligné que le Pape Benoît XVI comme ses prédécesseurs le Pape Paul VI et le Pape Jean Paul 2, suit avec attention les efforts de tous ceux qui œuvrent dans le développement de l’agriculture et la sécurité alimentaire dans le but commun de remporter le combat contre la faim dans le monde. Il a rappelé que le Pape Benoît XVI a encouragé fortement la mise en œuvre de ce projet initié par les Evêques de Centrafrique au cours de leurs visites à Rome en 2009 et qui aussi capital pour le bien être de la population centrafricaine et de la Sous région d’Afrique centrale. Mgr Judes Tadeus Pokolo a émis le vœu de voir formé autour de ce projet de formation agricole, un réel partenariat entre la CECA, l’université catholique d’Afrique centrale, le gouvernement et les organismes nationaux et internationaux, ce projet qui est un précieux outil au service du développement pour la RCA et de la Sous région.

Le ministre d’Etat jean Willybiro Sako a loué pour sa part la bonne collaboration qui existé entre les églises catholiques et l’enseignement supérieur. Pour preuve, cette collaboration a abouti à la mise en œuvre du projet de construction de la Faculté des Sciences de la santé de Bangui et le Campus universitaire dont les financements ont été obtenus à l’époque grâce à l’Archevêché de Bangui. Selon lui, un tel institut pour être compétitif doit être fondé sur une stricte formation initiale, formation continue, recherche constante et doit se conformer au standard international afin d’attirer les enseignants et les étudiants de haut niveau. Le membre du gouvernement a ajouté que l’agriculture reste l’un de domaine de négociation les plus compétitifs au niveau de l’Organisation mondiale de commerce (OMC). A noter que le séminaire de Bangui s’est articulé autour de cinq thématiques à savoir la Faisabilité académique, l’employabilité et partenariats, la faisabilité financière, la faisabilité juridique et la faisabilité infrastructurelle et technique. Ces thématiques ont été respectivement développées par l’ancien ministre de l’enseignement supérieur de la RCA M. Charles Doubane, M. Jean-Pierre Lebouder ancien Premier ministre et ancien cadre de la Banque mondiale, Me Mathias Morouba Avocat et enfin le Directeur de l’Institut supérieur du développement rural (ISDR) M. François Waboulou. La clôture de ces travaux s’est déroulée à la Nonciature apostolique.
 
MOTS CLES :

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués