SOCIéTé  |    

Centrafrique : la famille du Président Meckassoua est-elle en fuite au Cameroun ?

Par Corbeau news - 28/08/2017

Un mot de sa part aurait pu éclaircir l’esprit des Centrafricains sur ce prétendu coup d’Etat dont Abdou Karim Meckassoua serait pointé du doigt

 

Il a passé près de 2 mois en Europe et est revenu il y a à peine 2semaines. Tellement que son nom a été cité pour un pseudo coup d’Etat qui serait tenté de commettre, l’on s’attendait à une tonitruante déclaration qui le blanchirait, hélas et comme à l’habitude, c’est un silence accusateur que le président de l’assemblée nationale centrafricaine entretient. Est-ce à dessein ?

Un mot de sa part aurait pu éclaircir l’esprit des Centrafricains sur ce prétendu coup d’Etat dont Abdou Karim Meckassoua serait pointé du doigt. Il était en déplacement quand ces folles rumeurs couraient en son nom. Certes qu’il en a été informé depuis son séjour Européen ce qui, normalement devait le pousser à s’exprimer là-dessus. Il n’a toujours rien fait même rentré au pays. Que cela veut-il bien dire ? Une façon de ne pas prendre au sérieux ce qui se dit de lui ?

Mais comment ne pas prendre au sérieux des rumeurs qui finissent toujours par s’avérer de la réalité à Bangui ? Pourquoi alors des jeunes soupçonnés faire partie de son commando de la mort et arrêtés croupissent-ils à Ngaragba alors que lui ne fait rien pour les sortir de là ?

Les choses ne se sont pas arrêtées que là. De source proche des milieux qui le connaissent bien. Meckassoua a pris les choses au très sérieux au point de craindre pour sa famille qu’il aurait discrètement mis à l’abri au Cameroun et lui-même serait en pour parler avec Denis-Sassou-Nguessou du Congo Brazza ainsi Idriss Déby à qui il aurait demandé protection et bien entendu asile politique si besoin. Les deux hommes lui auraient déjà donné leur feu vert à fait savoir un membre de son entourage sous couvert de l’anonymat.

Ce dernier développement de l’épisode Meckassoua serait directement lié à la saisie à l’aéroport de Bangui M’poko de près d’une centaine talki-walkis importés du Congo Brazza et qui auraient transité par la RD Congo via Bangassou et convoyés à Bangui par un avion des humanitaires. Une nouvelle qui a ameuté les nouvelles autorités de Bangui qui ont décidé de mettre le bouché double afin de relever toute mauvaise éventualité.

Puisque la police nationale est sur la piste et en a même parlé sur les ondes de la radio nationale, on peut sans vergogne dire qu’il y a quelque chose qui fossilise l’air en Centrafrique. Le pays n’a que trop souffert. S’il y bien des têtes et des cerveaux en Centrafrique, est-ce à un coup d’Etat que l’on devait penser ? Le coup d’Etat est déjà perpétré par des mercenaires venus du Tchad et du Soudan qui occupent plus des ¾ du territoire national et qui écument le pays. N’est-ce pas une préoccupation qui devait mobiliser toutes les forces vives de la nation et particulièrement ceux-là qui croient posséder assez d’argent pour vouloir le jeter en l’air à travers leur machiavélique projet de coup d’Etat ?

 


© Droits reservés

C’est vrai que si quelqu’un pense qu’il peut mener par le bout du nez tout un peuple, il est capable de s’empêcher de toute logique et ne penser qu’à lui-même. Mais là n’est pas le problème. Le vrai problème est que c’est des vies humaines qu’on se ligue pour éliminer or ces personnes n’ont absolument rien fait et ne méritent aucunement le sort qu’on veut leur jeter.

S’il est vrai que ce putschiste en herbe n’a peur de rien, il est autant vrai qu’il craint pour la vie de ces enfants, de sa femme, de sa famille. Il craint également la saisine de la CPS qui est déjà en œuvre car profitant de sa position de la seconde personnalité du pays, il a mis en branle tout un scénario visant à mettre à terre l’institution législative que les centrafricains se évertués à mettre en place. En témoigne ce barème de location des salles de l’hémicycle de l’Assemblée nationale dont l’argent va pour l’effort de coup d’Etat de Meckassoua. C’est pour couvrir ses faiblesses dans la gestion de cette noble institution que Meckassoua a instauré plusieurs contrôles dont celui des diplômes, l’audit du passage de Nguendet au CNT et autres conneries de ce genre dont les résultats, bien que connus, ne servent à rien car ne relevant aucun dérapage. Le véritable dérapage est la gestion chaotique de Meckassoua et ceci en peu de temps seulement.

Les Centrafricains ne veulent pas de coup d’Etat. Meckassoua doit le mémoriser ainsi et mettre halte à sa fougue prouesse. C’est net et claire, si non, il aura tout le pays dans les pieds comme une épine. A bon entendeur salut.
 
MOTS CLES :  Centrafrique 

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués