CINéMA & THéâTRE  |     LIVRES  |     MUSIQUE   |     ARTS  |    

La centrafricaine Yvonne Mété-Nguemeu raconte les femmes de son pays

Par Luidor NONO N. - 05/10/2010

Ce livre est un témoignage sur la condition des femmes ces «âmes vaillantes au cœur brisé»

 

Sur près d’un demi-siècle, en passant par l’indépendance de son pays le 13 août 1960, Yvonne Mété-Nguemeu fait dans cet ouvrage, le bilan de toute une génération de femmes. L’auteur nous raconte une histoire qui a pour point de départ son enfance à Sibut, un village situé à moins de 200 km de la capitale Bangui, pendant les dernières années de la colonisation française. Sa vie en famille est alors conditionnée par le statut privilégié qui lui a été accordé à la naissance par son père et qui est la source de bien des conflits avec sa mère et ses sœurs. Elle évoque aussi la vie du village, avec ses personnages truculents, où plane toutefois pour les petites filles la menace de l’excision. Cela est écrit avec réalisme et humour sans que jamais l’auteur se donne le beau rôle, bien au contraire.

 

Mais viennent les années difficiles, en particulier celles du régime du dictateur Jean-Bedel Bokassa. De pittoresque et drôle, le propos d’Yvonne Mété-Nguemeu devient violent et tragique. Cela commence par un épisode douloureux, la première manifestation de la jeunesse centrafricaine contre le régime, qui se termina dans un bain de sang. Puis un départ précipité pour la France et le retour en Centrafrique où les coups du destin la mèneront à partager le sort des femmes de son pays. Ce sera alors une prise de conscience qui la fera sortir de sa propre histoire. C’est dorénavant à ces «Âmes vaillantes au cœur brisé» qu’elle consacre toute son énergie.

 


© www.centraf-sf.org/
L'auteur Yvonne Mété-Nguemeu
A propos de l'auteur
Originaire de la République Centrafricaine, Yvonne Mété-Nguemeu part en France en 1979, juste après la chute du régime de l’Empereur Bokassa. Elle vient d’obtenir un bac B et grâce à une bourse de son pays, elle va entreprendre des études universitaires. Après une spécialisation en agro-alimentaire, elle fait un séjour en Centrafrique de fin 1989 à 1992, année de son retour en France avec ses enfants. Yvonne y fera des rencontres qui participent à son épanouissement dans la ville de Besançon qui l’accueille. En 2001, elle crée l’association Centrafrique Sans Frontières qui œuvre en Franche Comté, pour une meilleure connaissance les uns des autres et en Centrafrique pour la solidarité avec les femmes centrafricaines et les orphelins pour lutter contre le Sida. Pour cette dynamique femme, son grand projet est de créer une ferme pédagogique à Bangui. Cependant, l’association ne délaisse pas pour autant les familles à Besançon. Tous ces projets mis en place par l’association Centrafrique sans frontière aident les femmes à reprendre confiance en elles et indirectement les éduquent à lutter contre toutes formes de violence.
 
MOTS CLES :  Yvonne Meté Nguemeu   Femmes   Centrafrique 

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués