SOCIéTé  |    

Centrafrique: La grogne des «intégrables» du ministère du développement rural

Par Kpangbandjé - 20/05/2011

Ces mécontents ont fait un sit-in devant ledit ministère pour manifester leur insatisfaction afin que leur situation soit prise en compte sans délai

 

Le collectif des intégrables du ministère de l’agriculture et de l’élevage, las d’avoir attendu 20 ans sans intégration, est monté au créneau. Ils sont plus de 400 personnes, issues des départements de l’agriculture et de l’élevage à avoir pris d’assaut le ministère dans la matinée du jeudi 19 mai 2011. Ces mécontents ont fait un sit-in devant ledit ministère pour manifester leur insatisfaction afin que leur situation soit prise en compte sans délai. Dans les sondages, le secteur agricole occupe 80% des populations car c’est l’une de leurs principales activités. Malheureusement, ce secteur qu’on croit prendre de l’élan dans le pays, continue de rencontrer des difficultés d’ordre technique pour des causes clairement identifiées. Leur seul mot d’ordre: être intégré dans un bref délai. Il s’agit en effet des techniciens de l’agriculture et de l’élevage qui attendent depuis 1991 d’être intégrés afin de mettre au service de la nation leur connaissance. Loin d’un conte de fée, ces derniers attendent leur intégration depuis 20 ans déjà alors que les promesses des différents ministres qui se sont succédés à la tête de ce ministère ne cessaient de se faire. Au moment du sit-in, ils ont reçu la visite du ministre Fidèle Gouandjika qui leur a fait une autre promesse. Mais ils disent qu’ils en ont assez de ces promesses et veulent de la concrétisation.

 


© journaldebangui.com
Le ministre Fidèle Gouandjika est sur la scellete
Pour l’un des mécontents qui nous a livré ses impressions, «chaque fois qu’il y a une vague d’intégration, les autorités compétentes se basent sur le monnayage». D’après lui, le montant à payer pour être intégré est de 100.000 Fcfa. Il a ainsi poursuivi que le ministère du développement rural cache beaucoup de choses mais ils ne demandent que d’être pris en compte. Pour ceux dont l’âge est beaucoup avancé, ils demandent d’être dédommagés. Lors de leur sit-in, un mémorandum devrait être remis au ministre de tutelle dont copie a été envoyé au Premier ministre chef du gouvernement, au président du Conseil national de la médiation et au ministre délégué de l’Elevage.

Dans ce mémorandum signé Justin Koïssa du département de l’agriculture, Wilfried Serge Bruno Nganafio de l’élevage et Jean-Marie Euyo du génie rural, le collectif a précisé que c’est depuis 1991 qu’ils attendent l’intégration mais depuis cette année jusqu’à ce jour, beaucoup des leurs collègues sont décédés ou sont allés en retraites. A cet effet, il faudrait que le gouvernement veille sur eux quand on sait que le besoin de ces techniciens se fait sentir dans les provinces où ils doivent être proches des agriculteurs pour donner de bons produits à la population.

 

 
MOTS CLES :

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués