NATIONALE  |     INTERNATIONALE  |    

Côte d’Ivoire: Des diplomates annoncent la mort de Charles Blé Goudé

Par Nanyan Diane, stagiaire - 18/05/2011

Des sources diplomatiques et militaires à Abidjan affirment que Charles Blé Goudé a été tué. Le leader des Jeunes patriotes pro-Gbagbo aurait été enterré dans un lieu tenu secret

 

On n’entendra plus jamais parler de Charles Blé Goudé affirme un colonel ouest-africain, en poste à l’opération des Nations Unies en Côte d'Ivoire (Onuci). Cette révélation sonne comme la fin de parcours d’un homme qui a été longtemps surnommé le «général de la jeunesse» par ses sympathisants. En effet, après l’arrestation de Laurent Gbagbo par les pro-Ouattara le 11 Avril 2011, le «général de la rue» aurait été torturé à mort et enterré dans un lieu tenu secret par ces derniers. Une information confirmée par un diplomate de l’Onuci qui a sollicité l’anonymat: Dès qu’il est tombé entre leurs mains, les Forces Républicaines de Côte d'Ivoire (FRCI) se sont particulièrement acharnées sur lui. Ils l’ont littéralement massacré.

 


© Google images
Charles Blé Goudé
Ces révélations corroborent les rumeurs insistantes et inquiétantes qui avaient circulé au sujet de Blé Goudé après la chute de son mentor. L’on avait noté alors un cafouillage en règle dans le camp des pro-Ouattara. Patrick Achi, porte-parole du gouvernement, avait déclaré à la presse que Blé Goudé avait été «appréhendé» et qu’il se trouvait en «résidence surveillée», mais il s’était rétracté peu après. Alain Toussaint, conseiller de Laurent Gbagbo à Paris, avait déclaré après sa capture: Charles Blé Goudé est entre la vie et la mort. Il a été arrêté par l’Onuci et cette dernière l’a remis aux forces d’Alassane Ouattara, avait-t-il déclaré à Reuters à Paris. Si cette mort venait à être confirmée, elle n’étonnerait pas grand monde. Charles Blé Goudé était depuis longtemps une cible et ne se déplaçait qu’avec une armada de gardes du corps.

Le Président du Congrès Panafricain des Jeunes Patriotes (COJEP), Charles Blé Goudé, est né le 1 Janvier 1972 à Niagbrahio dans l’Ouest de la Côte d’Ivoire. Sa vie se confond intimement avec l’histoire de la lutte syndicale estudiantine Ivoirienne. Cela lui a valu d’être emprisonné huit fois pour son engagement entre 1994 et 1999. En 1990 lorsque le vent du multipartisme souffle sur la Côte d’Ivoire, il adhère à la toute puissante Fédération Estudiantine et Scolaire de Côte d’Ivoire (FESCI). En 1991 alors élève en classe de terminale au lycée classique d’Abidjan, il passe dans la clandestinité le baccalauréat série A1 avec succès. Orienté au département d’anglais de l’Université de Cocody il poursuit ses activités Syndicales à la cité Universitaire de Yopougon où il occupe successivement les postes de secrétaire adjoint à l’organisation, secrétaire à l’information puis secrétaire à l’organisation de la section FESCI de ladite cité.

 


© Google images
Charles Blé Goudé, le «général de la rue»
En 1996, il entre au bureau national pour assumer les fonctions de secrétaire national à l’organisation. En 1998, il est porté à la tête du mouvement par l’ensemble des élèves et étudiants pour un mandat de deux ans qui se révélera comme l’un des plus mouvementés d’un secrétaire général élu. Après l’insurrection militaire nordiste du 19 septembre 2002, il fonde l'Alliance des jeunes patriotes pour le sursaut national. Une organisation nationaliste qui sera le fer de lance des manifestations anti-françaises qui feront plusieurs dizaines de morts. Si c'est gâté, à chacun son blanc, avait-il lancé à ses jeunes partisans.

Présenté à dessein comme un extrémiste adepte de la violence par la presse Française Charles Blé Goudé prône la non violence et le rejet des armes comme moyen d’accession au pouvoir. Ses modèles sont Ghandi, Martin Luther King et Nelson Mandela. Son vœu le plus cher: Une Afrique unie, solidaire et prospère débarrassée de tous conflits. Il le souligne si bien lorsqu’il affirme: Afin de mieux exploiter l’Afrique les impérialistes ne cessent de nous opposer les uns aux autres. Ils créent et entretiennent les foyers de conflits. Ils fournissent armes, argents et mercenaires pour détruire notre peuple. Le jour où l’africain comprendra cela, un jour nouveau se lèvera pour notre mère patrie.
 
MOTS CLES :

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués