SOCIéTé  |    

Centrafrique : ramadan sur fond d’insécurité

Par APA - 07/06/2017

Les nouvelles violences communautaires qui ont ébranlé les régions de l’est de la RCA ont eu un impact négatif sur cette période de l’abstinence pour les musulmans.

 

Cette année encore, le ramadan en Centrafrique se déroule sur fond d’insécurité pour les musulmans de ce pays, plus particulièrement ceux de Bangassou, petite ville de l'est de la Centrafrique, à 500 kilomètres de la capitale Bangui, qui a vécu ces dernières semaines des pics intenses de violences.

Les nouvelles violences communautaires qui ont ébranlé les régions de l’est de la RCA ont eu un impact négatif sur cette période de l’abstinence pour les musulmans.

Cette situation rend plus complexe l’observation du ramadan pour bon nombre de musulmans centrafricains qui acceptent malgré tout de se plier à l’observation du jeune, une exigence religieuse.

Regroupés sur un site des déplacés aménagé au Petit Séminaire Saint Louis, les musulmans de Bangassou n’ont pas la liberté de mouvement et ne peuvent s’alimenter correctement après la rupture du jeûne à cause du manque de nourriture.

C’est l’évêché de Bangassou où ils ont trouvé refuge qui leur fournit à manger. Une nourriture peu variée, essentiellement à base de riz et de sardines.

 


© Droits reservés
Par contre à Bangui, la capitale, le ramadan est mieux vécu. Les musulmans circulent librement et trouvent des mets différents après la rupture de jeûne.

Plusieurs dons en nourritures sont également distribués aux musulmans dans le cadre de sensibilisation sur la cohésion sociale afin de les soutenir pendant ce ramadan.

Ainsi le chef de l’Etat, Faustin Archange Touadéra et son épouse ont offerts des denrées (riz, sucre, sardines) et autres types d’aliments aux musulmans de tous les arrondissements de Bangui, le premier jour du ramadan.

La communauté musulmane de Bangui se satisfait également de la réouverture de plusieurs mosquées qui étaient détruites durant les périodes troubles qu’a vécus le pays.

Les fidèles ne sont plus obligés comme par le passé de se déplacer jusqu’à la mosquée centrale dans le troisième arrondissement de Bangui pour prier en groupe.
 
MOTS CLES :  Centrafrique 

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués