SOCIéTé  |    

La société civile exige l’extension des crimes recensés allant de 2003 à 2017

Par RJDH Centrafrique - 01/06/2017

La société civile souhaite l’extension du rapport de la Minusca et du gouvernement sur la carte des violations graves commises dans le pays de 2003-2015 jusqu’en 2017

 

La société civile souhaite l’extension du rapport de la Minusca et du gouvernement sur la carte des violations graves commises dans le pays de 2003-2015 jusqu’en 2017. Propos soutenu par Fernand Mandendjapou deux jours après la publication du rapport par les Nations Unies.

Le rapport de la Minusca est composé de 4 parties et plus 620 crimes graves y ont été consignés, crimes commis sur le territoire allant vers la fin du régime d’Ange Félix Patassé, de la rébellion à la prise de pouvoir et de la gestion de François Bozizé son tombeur, des violations graves ainsi que des crimes relevant du domaine de la cour pénale internationale ont été enregistrées et à mettre à l’actif des hommes de la Séléka entre 2012 et 2013, mais aussi à l’actif des Anti-Balaka. Sous Catherine Samba-Panza des crimes commis par les groupes armés sont aussi notés.

 


© Droits reservés
Selon Fernand Mandendjapou, il ne faut pas se contenter de ce rapport mais tenir compte des crimes qui se poursuivent encore. « La crise persiste dans la mesure où les rebelles continuent de tuer, violer et piller les ressources naturelles et minières, ce n’est pas tout- à-fait normal. Le recensement des crimes doit prendre en compte des faits et crimes allant au-delà de la période de 2003-2015, en y intégrant ce qui se passe à Bria, Bangassou et autres », suggère-t-il.

Il a annoncé la volonté de collaborer avec la Cour Pénale Spéciale. « Il faut appuyer le gouvernement en dressant ce rapport qui le premier module sur lequel le procureur de la Cour Pénale spéciale avec son équipe doivent commencer à y travailler La société civile a la conclusion d’autres investigations que nous pourrons mettre à la disposition de la Cour, pour que justice soit faite », a-t-il dit avant de se féliciter du fait que le rapport rejette l’amnistie.

Le rapport dont la société civile aimerait voir son extension a été rendu public trois jours après l’arrivée du Procureur de la Cour Pénale Spéciale. Document qui servira de bréviaire pour ladite cour de justice.
 
MOTS CLES :  Centrafrique 

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués