NATIONALE  |     INTERNATIONALE  |    

Centrafrique: Exit et fin de la session extraordinaire du Parlement

Par Fleury Koursany - 18/05/2011

Elle s'achève avec la présentation de politique générale du premier ministre Faustin Archange Touadera

 

Ladite session avait pour objectifs, la mise en place du bureau de l’Assemblée nationale, des groupes et commissions parlementaires. Le président sortant de ce Parlement, Célestin Leroy Gaombalet, député de Bambari 2, candidat à sa propre succession a été reconduit à son poste. Tandis que l’ancien ministre de la Justice, Laurent Ngon Baba hérite de la première Vice-présidence et Timoléon Mbaïkoua, du MLPC s’assieds désormais à la deuxième Vice-présidence.

 


© journaldebangui.com
Le Premier ministre Faustin Archange Touadera et son discours de politique générale
Des élus entrants sortis par la Cour
Cette session extraordinaire du Parlement aura aussi permis aux élus du peuple d’être définitivement fixés sur leurs sort en ce qui concerne la proclamation officielle des résultats du second tour des scrutins législatifs par la Cour constitutionnelle. Celle-ci vient d’écarter de la nouvelle Assemblée, les nommés Thierry Maleyombo, candidat du KNK dans le septième Arrondissement déclaré élu par la défunte Commission électorale indépendante. C’est aussi au cours de cette session finissante de l’Assemblée nationale que le Premier ministre centrafricain Faustin Archange Touadera a présenté son discours de politique générale conformément à la loi. En effet, l’article 41 de la Constitution centrafricaine du 27 décembre 2004 stipule qu’après la nomination des membres du gouvernement, le Premier ministre, Chef du gouvernement, se présente dans un délai maximum de soixante (60) jours, devant l’Assemblée nationale et expose son programme de politique générale. En cas de non respect du délai de soixante (60) jours, il est fait application de l’article 40 ci-dessus. Aux termes de cette disposition, la responsabilité du Premier ministre peut-être engagée devant le Président de la République ou l’Assemblée nationale.

 


La défunte
Pourquoi présenter le programme de politique générale aux élus?
C’est la loi qui le prévoit et le Premier ministre ne peut mettre en œuvre le programme de politique générale qui n’est rien d’autre que la politique de la nation dont les grandes orientations sont définies par le Président de la République que s’il a la confiance des élus du peuple. En présentant son programme de politique générale devant les députés de la nation, le chef du gouvernement demande un vote de confiance qui peut lui-être accordé ou refusé. Mais dans le cas de cette Assemblée nationale d’obédience KNK, ce serait tout de même discutable que soit refusé au Premier ministre centrafricain, député élu de Damara, ce vote de confiance pouvant lui permettre de mener à bien la mission à lui confiée pour la troisième fois par le président de la République.
 
MOTS CLES :

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués