NATIONALE  |     INTERNATIONALE  |    

Centrafrique : FPRC, volonté patriotique ou un aveu de faiblesse ?

Par sango-ti-kodro - 04/05/2017

Bien sûr, par voie de presse, Nourredine Adam accuse d’allégations comme quoi le FPRC serait en crise. Pourtant, si on regarde de plus près, qu’est-ce qu’on voit

 

La grande réunion de la coalition FPRC-RPRC-MPC qui a eu lieu à N’Délé avait été voulue par Nourredine Adam pour essayer de remettre de l’ordre dans son groupe armé, à cause des écarts de certains de ses généraux et des luttes de pouvoir internes.

Sentant son autorité chancelante, Nourredine Adam a décidé de faire table rase de ses généraux centrafricains et a préféré s’entourer de mercenaires étrangers comme Al Khatim, un tchadien, nommé au poste prestigieux de Chef d’Etat-major du CNDS, et de Idriss Bachir, un soudanais, pour l’approvisionnement en armes et en munitions. Mais cette apparente reprise en main ne cache-t-elle pas un aveu de faiblesse et une incapacité pour Nouredine Adam, de remettre de l’ordre chez ses partisans et de restaurer son autorité déjà bien entamée ?

Bien sûr, par voie de presse, Nourredine Adam accuse d’allégations comme quoi le FPRC serait en crise. Pourtant, si on regarde de plus près, qu’est-ce qu’on voit ?

Abdoulaye Issène, qui prenait trop de place, trop d’initiatives, qui menait sa propre tactique militaire pour conquérir les zones minières qui lui permettaient de préserver son pouvoir, cet Abdoulaye Issène, chef d’état-major du CNDS a été limogé par Nourredine. C’est Al Khatim le tchadien qui a pris sa place. Ce changement au profit d’un étranger, criminel de guerre, dont le fief est dans la zone de Kabo où il mate chaque opposition par le meurtre, ce changement signe donc la volonté de Nourredine, chef du FPRC et de la coalition, de prendre un virage encore plus marqué en faveur du radicalisme dans lequel il souhaite engager l’avenir. Une telle nomination démontre qu’il entend reprendre le combat prochainement, avec l’appui de mercenaires étrangers qu’il juge plus fiable que ses troupes centrafricaines. Un pas de plus vers la partition du pays.

Il est vrai que l’individualisme de certains généraux du FPRC ne va pas dans le sens des intérêts de Nourredine Adam. Déjà, le poste de chef d’état-major du CNDS avait été enlevé à Adoum Kanton à cause de ses nombreuses erreurs qui ont mené, à plusieurs reprises, le FPRC à l’échec militaire. Piètre chef militaire, Kanton avait donc été destitué et remplacé, à l’époque, par Abdoulaye Issène. Il apparait aujourd’hui que ce choix n’était pas meilleur, car, si Abdoulaye Issène a été meilleur chef militaire que Kanton, son ambition à prendre la place de Nourredine Adam l’aura mené à sa perte.

Ainsi, si on analyse les évolutions du FPRC, il apparait nettement deux choses. Tout d’abord, il existe une grande défiance de la part de Nourredine Adam envers ses généraux centrafricains. C’est pourquoi il préfère les mettre sous les ordres de chefs mercenaires étrangers. Le deuxième point, qui n’a pas encore été abordé, c’est que Nourredine Adam fait des alliances avec d’autres groupes armés, parce qu’il n’a plus la capacité, seul, d’atteindre ses objectifs personnels. Il n’a pas confiance dans la qualité combattive de ses troupes et préfère s’allier avec des mercenaires tchadiens et soudanais. C’est pourquoi il a nommé Al Khatim.

Lâcher par ses anciens soutiens officiels à l’étranger, mis en cause par ses généraux, Nourredine Adam doit alors compter sur le tchadien Al Khatim et le soudanais Idriss Bachir qui lui donnent troupes, munitions et armement, mais qui, le moment venu, pourront lui dicter leurs conditions, car Nourredine Adam est faible. En effet, lorsque les troupes de mercenaires tiendront les zones minières, ils pourront dicter leur volonté à Nourredine Adam, ou l’éliminer, pour garder tout le butin pour eux.

Actuellement, Nourredine Adam se réorganise et, pour avoir du calme, assure la MINUSCA qu’il souhaite s’engager dans le DDRR. Comme ça, personne ne l’ennuie ou lui demande des comptes. Il gagne du temps, il ment, comme d’autres fois auparavant.

Sinon, comment expliquer que son organisation militaire se durcit avec Al Khatim et Idriss Bachir ? Comment expliquer que des armes et des munitions antichar arrivent dans le nord ? Comment expliquer que les mercenaires s’entraînent dans la brousse pour préparer leurs prochaines actions ? Lorsqu’on accepte le DDRR, on ne réarme pas, on n’entraîne pas les troupes.

Les populations sont fatiguées dans le nord. De nombreuses personnes courageuses réussissent à transmettre des informations, à leurs risques et périls, par téléphone ou par porteur.

Alors pour répondre à la question du titre de cet article, oui, les agitations du FPRC et de Nourredine Adam sont un aveu de faiblesse. Il ne veut plus compter sur ses troupes et ses généraux. Alors il décide de les remplacer par des mercenaires qui prendront tout le butin, puisqu’il n’y a que ça qui les intéresse. Les goulas et les roungas n’auront rien, ou des miettes pour les calmer et faire illusion. Mais en réalité, ils ne contrôlent déjà plus rien.

 

 
MOTS CLES :  Centrafrique 

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués