SOCIéTé  |    

La Centrafrique toujours en quête de cohésion sociale

Par dw.com - 03/05/2017

Attirer l’attention sur la situation en République centrafricaine. Les plus importantes personnalités travaillant dans le domaine humanitaire aux Nations unies ont lancé un appel dimanche dans ce but.

 

Les groupes rebelles continuent en effet de s’affronter. Une instabilité qui a des conséquences sur les populations. Les organismes d'aide tirent la sonnette d’alarme concernant la situation humanitaire en Centrafrique.

Iyeda, un village qui se trouve dans une zone sensible: à l'ouest la milice 3R contrôle la ville voisine Koui. 3R qui signifie « retour, récupération, réhabilitation » se compose de bergers à prédominance musulmane du groupe ethnique des Peuls. A l'est, dans la ville Makunzi Wali, les anti-Balaka, majoritairement chrétiens dominent. Iyeda attaqué en octobre 2016 a presque complètement (été) brûlé et est maintenant une ville fantôme. D'un côté, le colonel Passy Goumou, un chef des anti-Balaka. De l'autre, son plus grand ennemi, la milice 3R de Koui, dirigée par le commandant Sidiki Abass - il prétend avoir plus d'un millier de combattants. L'organisation des droits de l'homme Human Rights Watch accuse le groupe de violations des droits de l'homme, y compris de torture et de viol. Le commandant Abass nie et explique "nous les Peuls, nous ne sommes pas en sécurité ici. Nous sommes constamment attaqués par les bandits et les anti-Balaka Le gouvernement ne prend pas ses responsabilités, alors nous devons le faire "

 


© Droits reservés
Les résponsables réligieux agissent
Actuellement plusieurs groupes rebelles armés sont encore actifs en Centrafrique. Pendant des semaines, les livraisons d'aide à Koui ont par exemple été bloquées, ce qui a exacerbé la situation humanitaire dans la région. Récemment des responsables religieux musulmans et chrétiens ont conjointement écrit une lettre dans laquelle ils demandent de mettre fin au conflit. Le pasteur Leon Dollet estime qu’il "n’y a pas de différence entre musulmans et chrétiens". Face à une situation sécuritaire et humanitaire loin d’être stable, les humanitaires insistent sur l’importance de l’aide à apporter aux populations.
 
MOTS CLES :  Centrafrique   Anti-balaka   Musulmans 

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués