SOCIéTé  |    

Centrafrique : Les filles s’affirment dans les travaux de BTP

Par RJDH Centrafrique - 27/04/2017

Plusieurs jeunes filles s’activent et se lancent dans les travaux de bâtiment. Activité largement dominée par les hommes, un secteur qui intéresse de plus en plus les femmes centrafricaines.

 

Le secteur des bâtiments est un secteur qui promet en Centrafrique après la crise. La réalisation des grands travaux sous le 10e fonds européen de développement se fait à travers le pays. Dans la reconstruction des routes, les jeunes filles ne donnent pas l’impression d’être des abonnées absentes dans le contexte de parité approuvée par le législateur.

Nous nous sommes rapprochés des femmes engagées dans ce secteur. Il est 9 et nous voici sur l’avenue de l’indépendance où les travaux à haute intensité de main d’œuvre THIMO s’exécutent. Sous le bruit des machines, matériel en main, Jasmine, ouvrière n’a rien de complexé parmi les hommes et nous fait son portrait. « Je suis ressortissante d’une école technique, mère de 3 enfants dont je suis la seule personne à m’en occuper. Je suis très fière de ce métier et je pense cela ne doit pas être l’affaire exclusivement réservée aux hommes comme mes sœurs le pensent », nous a-t-elle expliqué.

Sur les chantiers, ces ouvrières montrent leur détermination et l’ardeur au travail sur ce chantier de construction du bureau de municipalité. « Ce métier est le seul moyen pour moi de gagner mon pain quotidien. J’ai reçu une formation en BTP donc je dois aujourd’hui faire valoir ma connaissance », a-t-elle dit avant de se féliciter de son engagement.

 


© Droits reservés
Des travailleurs du projet Londo @ProjetLondo
Les passants qui observent les travaux ont leur mot et commentent le choix de ces femmes. « Il s’agit d’une preuve de la parité entre l’homme et la femme » dit un étudiant tandis que d’autres n’ont jamais apprécié que leurs femmes ne fassent pas ce travail. « Elles rentrent toujours fatiguées et n’ont pas le temps de remplir leurs devoirs conjugaux », a laissé entendre certains hommes interrogés par le RJDH.

Ces femmes engagées dans les BTP n’ont pas que de la rose, elles s’affrontent aussi aux problèmes que les femmes bureaucrates et technocrates. « Nous sommes souvent obligés de quitter très tôt la maison malgré les fatigues de la veille. Les difficultés d’harcèlement sont aussi fréquentes, le salaire n’est pas encore ça mais cela nous confère le respect et l’indépendance», a raconté Ursula Djimoyo, une des manœuvres.

Les femmes centrafricaines investissent le terrain et progressent sur des terrains abandonnés par le passé aux hommes dans ce pays qui donnent encore la leçon du genre. Inciter les femmes à atteindre le standard reste un défi qui passe par l’école afin que le 50/50 ne soit pas un slogan.
 
MOTS CLES :  Centrafrique 

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués