SOCIéTé  |    

La Minusca affirme avoir obtenu le départ des groupes armés de Ngaoundaye

Par VOAAfrique - 06/04/2017

La Mission des Nations unies en Centrafrique a affirmé avoir "obtenu le départ des éléments armés" de la localité de Ngaoundaye, à la frontière avec le Cameroun et le Tchad

 

La Mission des Nations unies en Centrafrique a affirmé avoir "obtenu le départ des éléments armés" de la localité de Ngaoundaye, à la frontière avec le Cameroun et le Tchad, prise d'assaut mardi.

"On a obtenu le départ des éléments armés de la ville", a déclaré à l'AFP le porte-parole de la Minusca,Vladimir Monteiro.

"La force de la Minusca a dépêché deux patrouilles à Ngaoundaye pour assurer la sécurité des populations et la situation est désormais sous contrôle", avait précisé M. Monteiro lors du point de presse hebdomadaire de la Minusca plus tôt dans la journée.

Ngaoundaye (nord-ouest) a été prise d'assaut mardi matin par deux factions alliées de l'ex-Séléka, le Mouvement patriotique de Centrafrique (MPC) dirigé par Al Khatim, qui se présente comme "général", et le mouvement "Révolution justice" (RJ).

Des "actes de pillage" ont été enregistrés, selon le porte-parole de la Minusca, qui ignore le bilan des violences.

La Centrafrique peine à se relever du conflit commencé en 2013 avec le renversement de l'ex-président François Bozizé par les groupes armés Séléka prétendant défendre la minorité musulmane, entraînant la contre-offensive des groupes anti-Balaka majoritairement chrétiens.

"La zone de Ngaoundaye est une zone où l'on a toujours enregistré des affrontements liés à la transhumance", a précisé M. Monteiro à l'AFP, évoquant des "anti-Balaka qui attaquent les ex-Séléka, qui contre-attaquent".

La Minusca a appelé "tous les groupes armés" à "cesser immédiatement et sans condition toute hostilité et de choisir la voie de la paix proposée par les autorités, notamment dans le cadre de la mise en oeuvre du programme de désarmement et de réconciliation nationale", selon un communiqué publié mardi.

Dans ce communiqué, la Minusca a également dénoncé deux autres factions ex-Séléka, le FPRC et l'UPC, accusées de menacer les civils dans d'autres villes du pays.

 

 
MOTS CLES :  Centrafrique 

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués