SOCIéTé  |    

Le Maire de Boda, Boniface Katta, vante le retour de la cohésion sociale dans sa circonscription

Par ACAP - 03/04/2017

Boniface Katta, a reconnu, mardi 28 mars 2017 à Boda, que la cohésion sociale est en marche dans cette ville naguère scindée en deux.

 

Le Président de la Délégation Spéciale de la ville de Boda (198 km au sud-ouest de Bangui), Boniface Katta, a reconnu, mardi 28 mars 2017 à Boda, que la cohésion sociale est en marche dans cette ville naguère scindée en deux.

Cet entretien réalisé la veille de la journée commémorative de la disparition du Président-fondateur de la RCA, Barthélémy Boganda, est de s’enquérir de la situation socio-politique dans cette partie de la République Centrafricaine.

Boniface Katta a expliqué que Boda est l’une des villes de la République Centrafricaine les plus touchées par cette crise, heureusement que les gens se sont ressaisis pour donner une chance à leurs enfants de grandir dans la paix.

Selon lui, cette cohésion sociale est devenue une réalité grâce au travail de sensibilisation auprès des communautés chrétienne et musulmane, ce qui a permis de désarmer les cœurs et les esprits.

 


© Droits reservés
Ibrahim Hamidou, un vendeur de friperie, a confirmé le vivre ensemble qui existe entre les deux communautés et a estimé que tout devrait aller pour le mieux s’il n’y avait pas de difficultés financières.

Au niveau de l’éducation des enfants, il a indiqué que l’école fonctionne normalement en dépit du manque d’enseignants qualifiés.

Il a relevé que s’il n’y a pas une bonne éducation, les jeunes sont le plus souvent exposés à des campagnes de manipulation et de récupération des groupes armés.

Sur le plan sanitaire, M. Boniface Katta a déploré l’absence de médecin et de personnel soignant qualifié dans les formations sanitaires de Boda.

Il a demandé au gouvernement de leur envoyer des enseignants qualifiés et des médecins en vue de garantir une bonne éducation à leurs enfants et un soin de qualité à la population.

Le maire de Boda a supplié le Responsable de l’ONG Alima de maintenir son assistance sanitaire à la population jusqu’à ce que le gouvernement leur envoie des médecins et des sages-femmes.

Il a fait savoir qu’en raison de la cohésion sociale dans la ville, l’ONG Alima compte réserver son traitement aux enfants de Zéro à Cinq ans et aux cas d’urgence, ce qui serait préjudiciable à l’ensemble de la population.

Il convient de noter que le bureau du Comité Local de paix de Boda est composé de chrétiens et musulmans.
 
MOTS CLES :  Centrafrique 

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués