SOCIéTé  |    

Le Chef de la MINUSCA en visite à l’université de Bangui

Par APA - 13/03/2017

Parfait Onanga Anyanga, a réitéré, lors d’une visite jeudi 9 mars à l’université de Bangui, son engagement à soutenir cette institution.

 

Le Représentant spécial du Secrétaire général des Nations Unies et Chef de la Mission Multidimensionnelle intégrée des Nations-Unies en RCA (MINUSCA), Parfait Onanga Anyanga, a réitéré, lors d’une visite jeudi 9 mars à l’université de Bangui, son engagement à soutenir cette institution.

Pour s’imprégner des difficultés auxquelles est confrontée l’unique université de Centrafrique, Parfait Onanga Anyanga a rencontré les enseignants, puis il a fait le tour des facultés, de la cité et du restaurant universitaires avant d’engager un débat avec les étudiants.

A certains d’entre eux qui accusaient la MINUSCA d’être passive face à la situation d’insécurité persistante dans leur pays, Parfait Onanga Anyanga a prêché la cohésion sociale, le vivre ensemble, la tolérance et la justice pour tous avant de promettre son soutien à l’Université de Bangui.

« Je suis venu vous dire que lorsqu’un pays est fragile, c’est là que les Nations Unies interviennent pour mettre de l’ordre. Nous ne pouvons jamais réussir le projet sans vous. Et vous ne pouvez jamais réussir le projet sans nous », a déclaré le patron de la MINUSCA, qui a passé en revue devant les étudiants regroupés à l’amphithéâtre Alphonse Blagué, les missions assignées à la mission onusienne.

 


© Droits reservés
L’Université est bien le lieu de la diversité culturelle, a-t-il souligné, ajoutant que les étudiants doivent être suffisamment dotés de connaissances sur la race, l’ethnie, la religion afin de pouvoir relayer l’information à l’ensemble du pays.

Le Recteur de l’Université de Bangui, Jean-Laurent Sissa Magalé, a, pour sa part, demandé aux étudiants la mise en application de cet échange, relevant que «cette initiative vise à renforcer la cohésion sociale et la recherche de la paix en RCA ».

Prenant la parole à son tour, le président de l’Association des étudiants centrafricains (ANECA), Norbert Pounaba, a exhorté la MINUSCA à rétablir la sécurité dans le pays car « tant qu’il n’y a pas la paix, on ne parlera pas d’études ».

Il convient de rappeler que la MINUSCA a déjà réhabilité la Bibliothèque de l’Université de Bangui pour un montant qui n’a pas été communiqué.

Ouverte en 1968-1969, l'université de Bangui compte aujourd'hui quelque 12 000 étudiants dont environ un millier bénéficie d'une bourse.
 
MOTS CLES :  Centrafrique 

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués