SOCIéTé  |    

Centrafrique: l'ONU accuse les rebelles du FPRC de distribuer des armes aux jeunes pour la guerre

Par Xinhua - 01/03/2017

La Minusca accuse le FPRC de distribuer des armes à des jeunes à Ippy (Centre), en vue de poursuivre son offensive sur Bambari

 

La Mission multidimensionnelle intégrée pour la stabilisation en République centrafricaine (MINUSCA) accuse le Front populaire pour la renaissance en Centrafrique (FPRC), une faction de l'ex-alliance rebelle de la Séléka, de distribuer des armes à des jeunes à Ippy (Centre), en vue de poursuivre son offensive sur Bambari, la deuxième ville du pays après Bangui.

Selon la MINUSCA, c'est une "violation de la ligne rouge de démarcation tenue par les forces onusiennes" commise par le groupe armé dirigé par Abdoulaye Hissène, une coalition formée en octobre avec le Rassemblement patriotique pour la renaissance en Centrafrique (RPRC) de Joseph Zoundéko, tué dans un raid aérien le 11 février, dans la même localité.

"La MINUSCA condamne fermement de telles manœuvres qui, si elles étaient mises à exécution, mettraient gravement en danger la vie d'innocentes populations et donnerait lieu à de nouvelles attaques contre les soldats de la paix", souligne la mission onusienne dans un communiqué de presse.

"La MINUSCA demande instamment aux chefs de la coalition du FPRC de mettre fin immédiatement à ces agissements et souligne qu'ils porteront l'entière responsabilité de toute violence dirigée contre la population civile et les forces onusiennes. Elle exhorte les chefs de la coalition à prendre toutes leurs responsabilités et à se retirer d'Ippy sans délai, en regagnant leurs positions initiales", ajoute le communiqué.

Cette annonce survient au lendemain d'une mise en garde que la MINUSCA avait lancée lundi à Bangui, en lançant une frappe aérienne contre la coalition dans la région de Bambari.

Plus d'un an après l'élection de Faustin-Archange Touadéra à la présidence centrafricaine le 14 février 2016, les violences n'ont pas cessé à Bambari, la deuxième plus grande ville du pays, à environ 400 kilomètres au Nord de Bangui, à cause des hostilités entre les rebelles du RPRC aujourd'hui réunis au sein d'une même alliance avec le FPRC, et l'Union pour la paix en Centrafrique (UPC), groupe armé peul.

Les deux ex-factions rivales de l'ancienne coalition de la Séléka, disputent le contrôlent de la ville et ses ressources (or, diamants et autres pierres précieuses) avec leur "ennemi" déclaré Ali Darass, le dirigeant de l'UPC.

Ce dernier a été contraint de quitter la ville avec son état-major par la MINUSCA la semaine dernière, pour se replier à une dizaine de kilomètres plus loin, mais son départ n'a pas permis de faire baisser la tension.

La force onusienne a averti lundi qu'elle continuerait de "recourir à tous les moyens que lui a conférés le Conseil de sécurité pour empêcher un embrasement de la ville de Bambari, aux conséquences désastreuses pour les populations civiles". Elle a insisté pour une "cessation immédiate des hostilités et un engagement ferme au dialogue", des deux groupes belligérants.

 

 
MOTS CLES :  Centrafrique 

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués