SOCIéTé  |    

Centrafrique : l’ONU dénonce la poursuite des violences et exige un libre accès humanitaire

Par Xinhua - 24/02/2017

La Minusca a réitéré son appel aux groupes armés pour mettre fin aux hostilités dans les préfectures de la Ouaka et la Haute Kotto

 

La Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation en République centrafricaine (MINUSCA) a réitéré son appel aux groupes armés pour mettre fin aux hostilités dans les préfectures de la Ouaka et la Haute Kotto.

"La MINUSCA insiste sur l'impérieuse nécessité pour la coalition du Front populaire pour la renaissance de la Centrafrique (FPRC) et l'Unité pour la Centrafrique (UPC) de mettre fin au conflit immédiatement, tel que demandé par le gouvernement et la communauté internationale", a déclaré le porte-parole de la MINUSCA, Vladimir Monteiro, lors d'une conférence de presse mercredi. "Cependant, nous notons que le conflit se poursuit, en grande partie en raison de la poussée de la coalition menée par le FPRC."

Selon la MINUSCA, la poursuite des hostilités et de la violence armée "ne tue pas seulement les chances d'une paix durable en République centrafricaine, mais elle hypothèque sérieusement les chances d'un relèvement social et économique et assassine l'espoir né de la conférence de Bruxelles de rebâtir ce pays". A cet effet, la Mission de l'ONU a invité les groupes armés à participer de bonne foi au dialogue sur le désarmement, la démobilisation, la réinsertion et la réintégration (DDRR) lancé par le président centrafricain, Faustin-Archange Touadéra, et à l'initiative de l'Union africaine en vue de parvenir à un accord de paix et de réconciliation entre le gouvernement et les groupes armés.

Le regain de violence depuis le début de l'année dans les préfectures de la Ouaka et de la Haute Kotto a entraîné une série d'entorses aux droits de l'Homme et à la protection des civils contraignant ces derniers à des déplacements forcés. La stigmatisation des communautés d'origine des éléments armés a par ailleurs eu un impact négatif sur la liberté de mouvement des civils.

"Il est intolérable que des civils fassent les frais des rivalités entre groupes armés", s'est insurgé mercredi le Coordonnateur humanitaire par intérim en République centrafricaine, Aboubacry Tall, exhortant les parties au conflit à honorer les engagements pris en faveur de la protection des civils et à respecter leurs obligations en vertu des droits de l'Homme.

Face aux violations massives du droit international humanitaire, M. Tall a rappelé aux groupes armés leur obligation de garantir "un accès humanitaire exempt de toute entrave et conditionnalité", conforme aux principes de neutralité et d'impartialité.

 

 
MOTS CLES :  Centrafrique 

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués