SOCIéTé  |    

Le Procureur général Mbacké Fall reçoit un KO en Centrafrique

Par Rewmi - 23/02/2017

Mbacké Fall a été battu par Ko par le colonel Toussaint Muntazini Mukimapa de la RDC

 

Un revers diplomatique de plus pour le Sénégal. Après la cinglante défaite d’Abdoulaye Bathily à la Commission de l’Union africaine, c’est autour du procureur des Chambres africaines extraordinaires de recevoir sa dose. Mbacké Fall a été battu par Ko par le colonel Toussaint Muntazini Mukimapa de la RDC. Que vaut le Sénégal sur la scène africaine et internationale ?

A l’annonce des résultats sur le choix du procureur de la Cour pénale spéciale de la République Centrafrique, «l’ami » de Hissène Habré a failli tomber en syncope car, pensait-il que son profil était de loin le meilleur. La France qui avait parrainé sa candidature en a pris aussi pour son influence.

Donc, que de déception pour le Sénégalais. Au finish, c’est le fils de la RDC de Kabila qui est élu avec un score à la soviétique. Flavien Mbata, le Garde des Sceaux centrafricain chargé de la proclamation des résultats, s’est réjoui sans diplomatie du choix de Toussaint Muntazini Mukimapa, magistrat militaire en RDC depuis la fin des années 1970. Il est colonel et était encore récemment premier avocat général près la Haute Cour militaire congolaise.

Il a contribué à un certain nombre de condamnations dans des dossiers de crimes internationaux, c’est-à-dire crimes de guerre ou crimes contre l’humanité, puisqu’en RDC, ces cas étaient jusque récemment du ressort de la justice militaire.

Il était en compétition avec le Sénégalais Mbacké Fall qui a dirigé les Chambres africaines extraordinaires, une juridiction qui a poursuivi et condamné l’ancien Président tchadien Hissène Habré.

 


© Droits reservés
Une défaite diplomatique de plus pour le Sénégal
Le colonel Toussaint Muntazini Mukimapa qui va désormais diriger cette Cour créée en juin 2015 sur le papier, donnera l’orientation et la ligne directrice des enquêtes et procès à mener.

Pour rappel, c’est une juridiction mixte composée de douze magistrats internationaux et de treize magistrats centrafricains, travaillera en parallèle avec la Cour pénale internationale qui s’occupera des cas les plus emblématiques.

Les autres iront à la CPS pour les crimes commis depuis 2003, et ils sont nombreux. Il reste maintenant, selon des sources de la CPS, à constituer le bureau du procureur, la chambre d’instruction, une chambre d’assise, puis une chambre d’accusation et une chambre d’appel, recruter les magistrats, les greffiers.

Une opération qui va se terminer vers la fin Mars. Autre recrutement important, c’est vingt-cinq officiers de police judiciaire qui mèneront les investigations. Le budget de la Cour s’élève à plus de sept millions de dollars.

La Cour sera logée dans le Tribunal de grande instance de Bangui, en attendant la construction d’un nouveau TGI. Et comme si cette défaite ne suffisait pas, aucun sénégalais ne figure dans les autres instances de cette Cour pénale spéciale.
 
MOTS CLES :  Centrafrique 

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués