SOCIéTé  |    

La Centrafrique toujours en proie à de violents combats

Par VOAAfrique - 16/02/2017

Des témoins parlent de bataille de positionnement. Les deux groupes se réclament d’un mouvement nationaliste.

 

Le Front Populaire pour la Renaissance de Centrafrique (FPRC) et le Mouvement pour l’Unité et la Paix en Centrafrique (UPC), deux factions de l’ancienne coalition Séléka s’affrontent dans plusieurs localités du pays. Des témoins parlent de bataille de positionnement. Les deux groupes se réclament d’un mouvement nationaliste.

De violents combats opposent les deux groupes armés depuis octobre 2016. Les localités les plus touchées sont les préfectures de la Haute Kotto et de la Ouaka au centre et au centre-est du pays.

La Mission multidimensionnelle intégrée de stabilisation des Nations unis en Centrafrique (Minusca) a appelée à la cessation des combats.

Chaque mouvement justifie sa position.

"Cette crise n’a rien à voir avec la politique. C’est juste une mission que la population nous a donnée de chasser Ali Darassa (NDRL, le leader de l’UPC) qui a transformé la zone de la Ouaka en une zone infernale et qui décime la population depuis quatre ans. Personne ne fait rien contre lui et personne ne l’inquiète. Soit on le prend et on le remet à la justice centrafricaine soit qu’il rentre dans son pays d’origine, le Niger", déclare Azor Kalité, sous-chef d’état-major du FPRC.

L’UPC dirigée par Ali Darassa, un chef de guerre d’origine nigérienne est constituée en majorité des combattants Peulh.

"Il veut se positionner par rapport à quoi ? Il y a un processus en cours. Nous, nous sommes pleinement dans le processus. On a des revendications qu’on a adressées au gouvernement légitime et à la communauté internationale. On est en train de les suivre afin que la paix puisse revenir et eux, ils ne veulent pas suivre ce chemin. Ils veulent partager le pays. C’est pour cela que nous refusons catégoriquement leur politique", soutient de son côté le porte-parole de M. Darassa, Souleymane Daouda.

Pour empêcher l’élargissement des combats à Bambari, capitale de la Ouaka, centre des opérations de l’UPC, la Mission multidimensionnelle intégrée de stabilisation des Nations unis en Centrafrique (Minusca) a tracé des lignes rouges.

Samedi, le chef d’Etat-major du FPRC, le général Joseph Zoundeko a été tué dans une frappe aérienne de la force onusienne alors que ses troupes ont franchi une de ces lignes.

Le FPRC accuse les casques bleus de partialité. Ce que dément le commandant de la force onusienne, le Général Bala Kéïta.

"On ne connait ni les hommes du FRPC ni les gens de l’UPS. Ils ne nous intéressent pas en tant que groupes armés. La seule relation qu’on a avec eux, c’est de leur dire : chers frères, nous sommes venus ici pour vous aider à vous parler, à vous retrouver", explique Général Kéïta.

Chaque faction se réclame d’un mouvement nationaliste. Position rejetée à Bangui. Albert Mbaya, journaliste et directeur du Journal l’Agora parle d’un non-sens.

Selon l’ONU, ces affrontements ont déjà fait plusieurs dizaines de morts et occasionné le déplacement de plus de 20 mille personnes.

 

 
MOTS CLES :  Centrafrique 

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués