SOCIéTé  |    

Centrafrique : Une trentaine de mineurs détenus sans jugement à la maison d’arrêt de Bangui

Par RJDH Centrafrique - 13/02/2017

Une trentaine de mineurs est détenu à la maison à la maison d’arrêt de Ngarangba. Plusieurs de ces enfants sont, selon nos informations, en attente depuis des mois de leur jugement

 

Une trentaine de mineurs est détenu à la maison à la maison d’arrêt de Ngarangba. Plusieurs de ces enfants sont, selon nos informations, en attente depuis des mois de leur jugement.

L’âge des enfants détenus à la prison centrale de Bangui, varie entre 12 et 16 ans, selon un cadre de la maison d’arrêt qui, sous couvert de l’anonymat dit ignorer tout de leur situation. Plusieurs de ces enfants ont affirmé être en prison depuis des mois sans aucun jugement, « nous sommes presque trente enfants ici en prison. Nous attendons nos procès depuis des mois. Moi par exemple, je suis là depuis plus d’une année sans que je sois jugé » a confié au RJDH un de ces enfants visiblement abattu.

Quelques uns de ces enfants ont été arrêtés dans l’arrière-pays et transférés à la prison de Bangui, « je suis de Kaga Bandoro ainsi que deux de mes amis avec qui je suis ici. On nous a toujours promis un procès mais cela n’arrive pas. Nous n’avons pas de nouvelles depuis quelques temps », raconte un autre enfant.

Lors d’une visite à la maison d’arrêt, le vendredi 10 février, le ministre de la justice Flavien Mbata a reconnu cette situation qu’il a qualifiée de dramatique. Le membre du gouvernement s’est engagé à faire juger ces enfants dans un bref délai, « nous connaissons votre situation. Nous savons que plusieurs parmi vous attendent leur procès depuis des mois mais, je m’engage à faire en sorte que vous soyez vite jugés pour que celui qui n’est pas reconnu coupable pour être relaxé » a expliqué Flavien Mbata devant le groupe de ces enfants.

Une femme, cadre de l’Unicef présente à la prison lors de la visite du ministre de la justice s’est indigné de cette situation, « la présence des enfants dans cette prison n’est pas normale. La place des enfants n’est pas dans une prison mais ailleurs », a-t-elle exprimé. La directrice de la Caritas Bangui, Flora Nguerekopialo a elle, aussi dénoncé cette situation dans un discours prononcé devant le ministre et le représentant de la Minusca, lors de la remise officielle de la salle polyvalente réhabilitée dans cette prison sur financement de la mission onusienne. Cette salle devrait aider à la rééducation des enfants détenus.

La détention sans jugement à la maison centrale de Bangui n’est pas spécifique aux enfants. Plusieurs prisonniers connaissent aussi depuis des mois ce triste sort.

 

 
MOTS CLES :  Centrafrique 

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués