FOCUS  |     CONSEILS PRATIQUES  |    

Centrafrique : Les prestations de MSF suspendues aux centres de Santé du KM5

Par RJDH Centrafrique - 09/02/2017

Suite aux derniers événements au Km5, les activités aux Centres de Santé de Mamadou Mbaïki sont suspendues pour 7 jours, tandis que celle de Gbaya Dombia sont arrêtées jusqu’à nouvel ordre

 

Suite aux derniers événements au Km5, les activités aux Centres de Santé de Mamadou Mbaïki sont suspendues pour 7 jours, tandis que celle de Gbaya Dombia sont arrêtées jusqu’à nouvel ordre, a décidé Médecins Sans Frontières. Les incursions d’hommes armés dans cette formation sanitaire et les menaces proliférées sur le personnel de santé sont à l’origine de cette suspension.

MSF suspend ses activités médicales dans l’ensemble du quartier du Km5 à partir du mercredi 8 février pour protester contre l’intrusion des hommes en arme dans ces services. Cette suspension concerne l’appui aux soins pédiatriques au centre de santé de Mamadou Mbaiki, où les activités MSF reprendront le 15 février, et les services de la maternité de Gbaya Ndombia, qui seront suspendus jusqu’à nouvel ordre

 


© Droits reservés
Résumé des faits selon MSF
Le vendredi 3 février, à 22h, trois blessés arrivent successivement à la maternité de Gbaya Ndombia suite à l’explosion d’une grenade. Un attroupement se forme rapidement devant la maternité. Les hommes menacent les gardiens et entrent de force dans la structure avec des armes afin de récupérer l’un des blessés et d’attaquer un autre patient. Ce dernier parvient à s’enfermer et reste sain et sauf.

Les hommes en armes empêchent ensuite la circulation des ambulances devant la maternité pendant plus d’une heure. Aucun dégât humain ou matériel n’est à déplorer.

Ensuite, l’après-midi du mardi 7 février vers 16h, une deuxième intrusion armée est survenue dans la maternité alors que l’équipe médicale gérait un afflux de 21 blessés, dont 3 morts. Au cours de cette dernière intrusion, les envahisseurs ont terrorisé les staffs MSF et ont tenté de tuer l’un des blessés alors à leur charge.

« Nous ne pouvons pas accepter que des hommes armés entrent de force dans une maternité et terrorisent le personnel, et dans l’intention d’agresser un patient qui est sous notre responsabilité sur le plan médicale, de tels agissements compromettent le fonctionnement de cette structure de santé », a déploré Sandra Lamarque, Coordonnatrice des activités de santé maternelle pour MSF Bangui dans le communiqué de presse.

Les centres de santé appuyés par MSF viennent de célébrer une année de leur existence. Ils ont donné les possibilités à 566 naissances et 7200 consultations.
 
MOTS CLES :  Centrafrique 

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués