SOCIéTé  |    

Centrafrique : La circulation perturbée à l’appel de la base des conducteurs de taxis et bus

Par RJDH Centrafrique - 16/01/2017

La circulation est perturbée ce matin dans la capitale centrafricaine. C’est la conséquence de l’appel de la base des conducteurs de Taxis et bus

 

La circulation est perturbée ce matin dans la capitale centrafricaine. C’est la conséquence de l’appel de la base des conducteurs de Taxis et bus. Alors que le syndicat des conducteurs, receveurs de taxis et bus se dit surpris de cet arrêt de travail et appelle les conducteurs à la reprise.

La République Centrafricaine éprouve de difficulté en matière de transport routier urbain. L’appel à l’arrêt de travail des conducteurs des taxis et bus quoique observé par endroit est la preuve d’un mécontentement des conducteurs de taxis et bus depuis des mois et aggravé par le lancement par l’Etat des Bus Benafrique. Selon certains conducteurs, l’arrêt de travail vise à dénoncer les tracasseries routières dont ils sont victimes.

Jean-Peter Fall Issacka, chargé de revendication, au SCRTB, appelle le gouvernement au respect des dispositions légales, « d’abord l’application des arrêtés interministériels 033 et 0066 concernant la mise en circulation des mototaxis afin de régulariser ce secteur, ensuite les tracasseries policières, il faut recadrer le contrôle de sécurité, car tous les commissariats font de contrôle et à tout moment ce n’est pas normal » a-t-il décrié.

 


© Droits réservés
En outre, il a décrié la suspension de l’émission des titres de transport « depuis onze mois, le département de transport a suspendu les titres de transport, on ne sait plus qui est taximan et qui ne l’est pas. Enfin, le classement de bus Benafrique à la classe exceptionnelle, pourquoi les autres bus se stationnent aux terminaux mais pas Benafrique. Ce n’est pas normal », a-t-il énuméré.

Les responsables de la base se disent surpris et appellent à la reprise, « j’exhorte mes compagnons à reprendre le travail, mais nous allons remonter vers le gouvernement afin qu’une solution soit prise pour satisfaire tout le monde » ont-t-il souhaité.

Wilfried Kombelo conducteur de taxi se dit prêt à reprendre le travail, mais que le gouvernement assainisse ce secteur « nous versons de l’argent à l’Etat mais les mototaxis ne versent pas de taxe, il faut que le gouvernement régularise ce secteur pour éviter de conflit et des cas d’accident », a-t-il déclaré.

Les ministres des transports et de la sécurité n’étaient pas joignables pour plus de précisions. La Mairie a annoncé le 30 décembre 2016 la règlementation du secteur transport urbain pris d’assaut par les taxi motos depuis 4 ans.
 
MOTS CLES :  Centrafrique 

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués