SOCIéTé  |    

Centrafrique: Plainte des déplacés du site M’poko en déguerpissement

Par RJDH Centrafrique - 28/12/2016

L’opération de déguerpissement des déplacés du site M’poko traine encore. Certains déplacés se plaignent de leur situation

 

L’opération de déguerpissement des déplacés du site M’poko traine encore. Certains déplacés se plaignent de leur situation. Ils ont réagi ce matin au micro du RJDH qui a fait un tour sur ce site.

Le Gouvernement avait initié le 15 décembre l’Opération « Noël à la Maison » pour le retour des déplacés dans les quartiers. Plus de 10 jours après son lancement, le site est encore occupé et les déplacés dénoncent la procédure de leur déguerpissement contrairement aux promesses du pouvoir.

Léa Nakoése, une cheffe de ménage que nous avons rencontré sur le site se plaint que depuis lundi, sa famille et elle ont passé la nuit sous un arbre. Elle rapporte que «la destruction des tentes était subordonnée à l’enveloppe. Mais présentement ce n’est pas le cas, ils ont détruit notre tente depuis lundi et nous avons rien reçu ». Elle ajoute que « tous nos effets sont dans le grand bâtiment en face et nous passons la nuit sous cet arbre avec les enfants, notre condition de vie ici est vraiment difficile », se plaint-elle.

Alida Lapelou, dénonce le favoritisme des chefs de zones qui n’enregistrent que les noms de leurs parents et amis au détriment des déplacés.

Pour Blaise Nambona, les processus ne sont pas respectés, car « on demande à des personnes dont leurs maisons ont été incendiées de présenter leurs pièces d’identité avant la perception de l’argent. Comment vont-ils faire ? » Il note par ailleurs que « Noël à la Maison » n’avance pas. « Sur 13 zones, ils ne sont qu’à la sixième zone. Hors le Président avait parlé de Noël et nouvelle l’an à la maison. A ce rythme, le programme sera-t-il respecté avant le 1er janvier ? » S’inquiète-t-il.

Pour Juliana Boui, chef de service de l’action humanitaire au ministère des affaires sociales, ces cas sont des allégations qui restent à prouver. « Dans un premier temps, il y avait l’opération de profilage qui date d’un mois déjà, et cela a été fait par des professionnelles. C’est sur les résultats de ces profilages que nous avons eu les bases de données et ce qui nous a permis de travailler aujourd’hui. Donc nous ignorons les raisons des plaintes de ces personnes», explique-t-elle.

Elle souligne que ce n’est pas chaque membre de la famille qui doit être accompagné. « Ce n’est pas tous les noms inscrits sur la liste qui doivent être accompagnés. Le fait d’aligner leurs noms sur la liste ne veux pas dire qu’ils ont aussi droit, non. C’est juste le responsable du ménage qui a le pouvoir de percevoir l’argent », indique-t-elle.

Selon certains déplacés qui ont déjà regagné les quartiers, plusieurs personnes parmi les manifestants n’avaient inscrit leurs noms. « Ils étaient dans les quartiers et ne croyaient pas à la réussite de l’opération », lance une retourné.

L’opération « retour de déplacés à la maison avant Noël » a été lancée le 15 décembre dernier par le gouvernement. Sur les 13 zones qui sont sur le site, les opérateurs ont pu évacuer déjà quatre zones.

 

 
MOTS CLES :  Centrafrique 

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués