SOCIéTé  |    

Centrafrique: La pêche une activité principale à Zinga près de Moungoumba

Par RJDH Centrafrique - 13/12/2016

Dans la commune de Zinga, la pêche est la matière première de cette commune. Elle est pratiquée par plus de 95% de la population, surtout les jeunes

 

Dans la commune de Zinga, la pêche est la matière première de cette commune. Elle est pratiquée par plus de 95% de la population, surtout les jeunes. Elle résorbe le chômage mais, la technique de pêche demeure artisanale.

Sur la rivière Oubangui qui se jette dans le fleuve Congo, on aperçoit les pêcheurs debout dans leurs pirogues qui jettent leurs filets. D’autres réparent leurs filets troués. Dans ce mouvement, des adolescents posent des nasses à certains endroits du fleuve, surtout sous les arbres. Et les femmes s’occupent de la vente des poissons au marché.

Et sur l’épave d’un bateau, très tôt le matin au chant du coq, des jeunes arrangent leurs filets avant de monter dans leurs pirogues dans l’espoir que la pêche soit fructueuse.

L’un de ces jeunes hommes, Simplice Mayokolo est le président de l’association des pêcheurs de la localité. Il nous explique « qu’avant de se rendre sur l’eau, nous vérifions d’abord nos filets c’est toujours comme cela que ça se passe chaque jour ici ». Simplice Mayokolo souligne qu’« ici à Zinga, presque tous les jeunes de notre commune vivent de la pêche ».

 


© Droits réservés
André vice-président des pécheurs est un ancien du domaine et dit gagné sa vie grâce à cette activité lucrative. C’est « depuis 1976 que je pratique la pèche ici à Zinga. Je quitte ma maison tous les jours vers 03 heures du matin pour l’Oubangui. Et entre 05 heures et 06 heures, je suis au marché pour vendre mes poissons », témoigne-t-il.

André affirme que la pêche est une activité créatrice de revenus et déclare que « je gagne bien ma vie par la vente de poissons. Les bénéfices de la pêche m’ont permis de construire ma maison et d’assurer la scolarité de mes enfants et les dépenses ménagères», confie-t-il.

Si la pêche est une activité lucrative, les pêcheurs sont exposés à des maladies telles que le cholera. Michel Maleson, un habitant de Zinga note que les pêcheurs ne consomment que l’eau du cours d’eau qui est insalubre et souillée. Il rapporte que « lorsqu’ils sont sur l’Oubangui dans leurs pirogues, les pêcheurs urinent dans le cours d’eau et y défèquent. Et ces derniers boivent cette même eau qu’ils ont souillée. Selon lui, « par cette manière de faire, nous sommes exposés à plusieurs maladie dont le choléra ».

A Zinga et dans beaucoup de villes centrafricaines, la pêche en eau douce résorbe le chômage, mais elle demeure pratiquée à l’état artisanal. Des économistes soulignent que la RCA est une fontaine d’eau qui gagnerait en exploitant ses eaux douces à l’instar du Sénégal.
 
MOTS CLES :  Centrafrique 

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués