NATIONALE  |     INTERNATIONALE  |    

Côte d’Ivoire: Ibrahima Coulibaly dit IB a été tué à Abidjan

Par journaldebangui.com, apa - 28/04/2011

Après avoir vaincu à plusieurs reprises les combattants de Laurent Gbagbo, le commando invisible dirigé par IB contrôlait jusque-là une grande partie de la commune d’Abobo

 

L’ancien putschiste ivoirien Ibrahima Coulibaly dit «IB» a été tué mercredi soir à PK 18 dans la commune d’Abobo au nord d’Abidjan, théâtre de violents affrontements entre ses troupes et les Forces républicaines de Côte d’Ivoire (FRCI) soutenant le nouveau président Alassane Ouattara. Une source proche des forces républicaines, selon l’Agence panafricaine de presse, a expliqué que les combats qui ont commencé à Abobo PK 18, se sont intensifiés Mercredi 27 avril de 18 heures à 19 heures 30. Nos hommes ont encerclé sa résidence mais il a refusé de se rendre a-t-elle ajouté en précisant qu’après plusieurs fusillades les FRCI ont pris le dessus. Quand nos combattants ont eu accès à son domicile, ils ont retrouvé son corps sans vie et sans impact de balle a encore expliqué la même source qui pense à un «suicide».

Quelques minutes plus tard la Télé Côte d’Ivoire (TCI), proche d’Alassane Ouattara confirmait la mort d’IB en annonçant en bande défilé «le Sergent- Chef Ibrahima Coulibaly a été tué ce soir au cours d’un affrontement avec les FRC ». Joint au téléphone aux environs de 22 heures GMT et locales, l’adjoint d’Ibrahima Coulibaly, Félix Anoblé, a déclaré: Je ne peux rien vous confirmer et je n’ai aucune information. Je suis en réunion. Après avoir vaincu à plusieurs reprises les combattants de Laurent Gbagbo, le commando invisible dirigé par IB contrôlait jusque-là une grande partie de la commune d’Abobo dont le secteur PK 18 et la commune d’Anyama dans le nord d’Abidjan.

 


© afriscoop.com
L’ancien putschiste ivoirien Ibrahima Coulibaly dit «IB»
Vendredi 22 avril 2011, Alassane Ouattara avait demandé le désarmement des milices, le plus gros défi à relever pour son gouvernement après l’arrestation le 11 avril dernier du président sortant Laurent Gbagbo, qui refusait de reconnaître sa défaite à la présidentielle du 28 novembre. Le président Alassane Ouattara a ordonné dans la foulée à "IB" et ses hommes du Commando invisible, retranchés dans la commune d’Abobo (Nord d’Abidjan) de déposer les armes, sous peine d’être désarmés de force. Après une réunion tenue mardi 26 avril avec des généraux des FRCI sous l’égide des forces impartiales (ONUCI et Licorne), le commando invisible avait appelé ses soldats selon son porte parole M. Anoblé, «à déposer les armes».

A l’issue de cette réunion, le dépôt des armes par le «Commando invisible» était désormais considéré comme un préalable à toute rencontre «Ouattara- IB». Auteur d’un coup d’Etat en 1999 et d’un autre manqué 2002, Ibrahim Coulibaly était rentré de plusieurs années d’exil en janvier pour "libérer" Abidjan, après que les forces pro-Gbagbo eurent tiré à l'arme lourde contre des civils à Abobo. Il a annoncé en début de semaine au cours d’une conférence de presse avoir fait allégeance à Alassane Ouattara.

 

 
MOTS CLES :

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués