SOCIéTé  |    

RCA: le sentiment anti-Minusca, une réalité à Bangui

Par RFI - 07/11/2016

Il y a deux semaines, Bangui était paralysée par une opération ville morte lancée par plusieurs organisations qui réclamaient le départ de la Mission de l’ONU en RCA

 

Il y a deux semaines, Bangui était paralysée par une opération ville morte lancée par plusieurs organisations qui réclamaient le départ de la Mission de l’ONU en RCA. En cause : des casques bleus accusés de passivité voire de complicité avec les groupes armés, lors des évènements de Kaga-Bandoro qui ont fait une cinquantaine de morts le 12 octobre. Lors de cette ville morte, quatre personnes ont été tuées. Les casques bleus sont accusés de leur avoir tiré dessus. Deux épisodes qui sont venus entamer sérieusement la confiance déjà écornée que la population plaçait dans la Minusca.

Dans un contexte de recrudescence des violences et de retrait des troupes françaises de Sangaris, les Banguissois ne voient plus les casques bleus comme des sauveurs. C’est le cas d’Alain, un musicien : « J’ai eu une attaque, j’ai essayé de courir vers la Minusca. Eux, ils m’ont chassé. Moi j’ai signé pour leur départ ».

 


© Droits réservés
Les organisateurs de la journée ville morte avaient en effet lancé une pétition quelques jours plus tôt. Bien qu’attisé par des hommes politiques, le sentiment anti-Minusca est bien réel à Bangui. Comme l’exprime Atilas, un commerçant : « La Minusca, en fait, on ne voit pas le concret de leur travail. Donc nous sommes déçus de la Minusca, parce que la Minusca est là, on tue les gens, la Minusca ne réagit pas. Donc là, on n’a plus confiance dans la Minusca ».

Pour autant, la défiance qui vise certains contingents de casques bleus ne signifie pas que les Centrafricains souhaitent voir la Minusca quitter le pays. Bachir même le redoute : « L’ONU est venu pour nous appuyer, pour nous aider. Et dès qu’ils partent, qu’allons-nous faire ? On s’entretue ? »

Interpellé au Parlement sur la lenteur de réaction et la passivité des casques bleus dans certaines situations comme Kaga-Bandoro, le numéro 2 des Nations unies, Jan Eliasson, lors de sa visite à Bangui, avait répondu : « Nous avons tiré les leçons et promis que la lumière serait faite ».
 
MOTS CLES :  Centrafrique 

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués