SOCIéTé  |    

Des heurts meurtriers en Centrafrique

Par Bbc Afrique - 24/10/2016

Une intervention des soldats de la Mission des Nations unies en Centrafrique (MINUSCA) contre une manifestation de la société civile centrafricaine s'est soldée par la mort de trois personnes

 

Une intervention des soldats de la Mission des Nations unies en Centrafrique (MINUSCA) contre une manifestation de la société civile centrafricaine s'est soldée par la mort de trois personnes.

Les heurts entre les manifestants et les casques bleus - les soldats de l'ONU - ont également fait trois blessés par balle, selon la police centrafricaine.

Des organisations de la société civile ont appelé les Centrafricains à observer une journée "ville morte" ce lundi, pour exiger le départ des forces de la MINUSCA.

Le Groupe de travail de la société civile accuse les casques bleus de manquer à leur devoir de protection des civils.

Les heurts ont éclaté lorsque les casques bleus sont intervenus pour dégager des barricades dressées par les manifestants.

Des membres du gouvernement centrafricain, dont le Premier ministre Mathieu Simplice Sarandji, avaient appelé au boycott du rassemblement des organisations de la société civile et de la journée "ville morte".

 


© Droits réservés
Aucun service public n'a fonctionné ce matin, car les habitants de Bangui sont restés à la maison, obéissant au mot d'ordre de la société civile.

"Le départ de la MINUSCA, c'est le vœu de l'écrasante majorité des Centrafricains (…) La principale mission de la MINUSCA, c'est de réduire les groupes armés. Sur le terrain, on constate l'exact contraire. On constate la montée en puissance des groupes armés", a dénoncé l'un des organisateurs du rassemblement de la société civile, Gervais Lakosso.

"Il y a des tueries tous les jours. On a dénombré des milliers de morts", a-t-il soutenu.

La Mission des Nations unies en Centrafrique nie les accusations des organisations civiles centrafricaines.

"La force de la MINUSCA est impartiale (…) Lors des récentes violences à Kaga-Bandoro (centre), elle a démontré son impartialité", a fait valoir son porte-parole, Vladimir Monteiro.

"Grâce à son impartialité, la force de la MINUSCA a contribué à la stabilité de ce pays. La preuve : la réussite du processus électoral et la fin des tueries de masse", a-t-il soutenu.

La société civile centrafricaine a fait signer une pétition qui exige le retrait des casques bleus de la Centrafrique.

Selon ses leaders, la pétition aurait recueilli plus de 30 000 signatures en 72 heures.
 
MOTS CLES :  Centrafrique 

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués