NATIONALE  |     INTERNATIONALE  |    

Congo: les «actes terroristes» des miliciens Ninjas ont fait 23 morts

Par APA - 05/10/2016

Vingt-trois (23) personnes ont été tuées dans « les actes terroristes » perpétrés par les miliciens Ninjas Nsiloulous du Pasteur Ntoumi dans le Pool du 23 au 30 septembre 2016

 

Vingt-trois (23) personnes ont été tuées dans « les actes terroristes » perpétrés par les miliciens Ninjas Nsiloulous du Pasteur Ntoumi dans le Pool du 23 au 30 septembre 2016, a indiqué mercredi dans une déclaration, M. Pierre Mabiala, le ministre congolais de la Justice, des Droits humains et de la promotion des peuples autochtones.

« Ces 23 morts sont constitués de 6 militaires, 4 gendarmes, 2 policiers et 11 civils », a dit M. Mabiala ajoutant que ce bilan comprend également « plusieurs blessés graves qui sont dans les hôpitaux de Brazzaville ».

Le ministre congolais de la Justice a aussi fait ressortir le bilan matériel qui se résume à plusieurs véhicules brûlés dont deux camions-citernes de transport de carburant et d’un train de transportant du carburant. Ces violences ont interrompu les trafics ferroviaire et routier dans le département du Pool, indique-t-on.

« Aujourd’hui, les populations du Pool sont systématiquement terrorisées, chassées de leurs propres villages et dépouillées de tous leurs biens (….) », a déploré Pierre Mabiala qui a qualifié les actes des miliciens de Ntoumi de « terroristes ».

« La justice congolaise assimile ces actes terroristes à ceux perpétrés par la secte Boko Haram au Nigéria, au Cameroun, au Tchad et au Niger tant le modus opérandi est identique », a-t-il encore dit.

 


© Droits réservés
« La justice congolaise étant saisie de ces faits criminels, une information pénale est ouverte contre Frédéric Bitsamou alias’’ Ntoumi’’, ses co-auteurs et ses complices afin que justice soit faite », a martelé le ministre se référant à l’article 8 de la constitution congolaise qui stipule que « la personne humaine est sacrée et l’Etat a l’obligation de la respecter et de la protéger. »

Pour M. Mabiala, « ces exactions des Ninjas sur les populations du Pool sont une violation très grave et récurrente des principes du droit international humanitaire imputable à Bitsamou Frédéric alias Ntoumi".

Il a également critiqué "l’indifférence des ONG des droits de l’homme face à cette situation du Pool alors qu’elles « taxent le Congo de violer les droits de l’homme. »

La situation sécuritaire s'est dégradée au Congo suite à l’attaque des quartiers sud de Brazzaville, le 4 avril 2016, par les miliciens NSiloulou à la solde du Pasteur Ntoumi, au cours de laquelle plusieurs personnes dont des policiers avaient trouvé la mort.
 
MOTS CLES :

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués