NATIONALE  |     INTERNATIONALE  |    

Plus de la moitié des enquêtés ne croit pas à la fiabilité des opérations électorales

Par Sébastien Lamba - 15/04/2011

Le Coordonateur de l’Institut panos Paris déplore le bas niveau de confiance des électeurs centrafricains

 

L’Institut panos paris en Centrafrique a réalisé une enquête sur l’ensemble à la veille du second tour des élections législatives du 27 mars 2011, qu’en est-il exactement?
Oui, l’Institut Panos Paris et ses partenaires l’Association des radios Communautaires (ARC), la Maison de la presse et des Journalistes ont réalisé des enquêtes pour connaître le point de vue des centrafricains sur le processus électoral qui vient de s’achever. Ce sondage a été effectué dans le cadre du projet Médias, opinion du citoyen et l’Information Electorale, mis en œuvre par l’Institut Panos Paris avec l’appui de l’Union européenne et avec pour l’objectif de trouver des pistes pour l’amélioration de l’information des citoyens dans le processus électoral et d’inciter les différents acteurs à planifier des actions d’éducation civique en période post électoral.

Pouvez-vous délimiter le champ de cette enquête?
Le sondage s’est déroulé dans les différentes préfecture de la République Centrafricaine, sur un échantillonnage de 1179 populations en âge de vote, à Bangui et en province notamment l’Ombella Mpoko, Nana Mambéré, Ouham, Ouham pendé, Kémo, Ouaka, Sangha Mbaéré, Mambéré Kadéi et la Lobaye sur leur impression du cycle électoral et du vote du 23 janvier 2011. Cette enquête a été réalisée pendant la campagne officielle du second tour des législatives du lundi 21 mars au vendredi 25 mars.

 


© journaldebangui.com
Pascal Chirhalwirwa
Quels sont les résultats de ce sondage ?
Plus de la moitié des enquêtés ne croit pas à la fiabilité des opérations électorales. Pour le premier tour de l’élection présidentielle, 54% des citoyens interrogés ne croient pas à la fiabilité des opérations électorales. Pour les législatives du 23 janvier dernier, ils sont 56%. En outre, une grande majorité du panel s’est déclaré surprise par les résultats du vote du 23 janvier : 69% pour la présidentielle et 56% pour les législatives. Pour ces dernières, l’ampleur de la victoire des candidats de la majorité présidentielle semble le premier motif de surprise parmi les électeurs interrogés. Plus de deux tiers du panel pensent que les irrégularités et dysfonctionnements relevés par l’opposition et les missions d’observations électorales ont eu un impact important sur les résultats. Le processus électoral souffre donc d’un déficit de motivation auprès des électeurs centrafricains interrogés. En effet, 71% ont déclaré ne pas vouloir participer au second des législatives le 27 mars, alors que 80% d’entre eux affirmaient être déplacés lors du vote du 23 janvier 2011. La confiance dans les cycles électoraux semble entamée. Les électeurs interrogés ne croient pas que l’action de l’opposition visant à faire annuler les élections aboutira. Ils semblent privilégier l’apaisement: Seuls 22% des personnes interrogées déclarent soutenir totalement l’action de l’opposition.

Quel enseignement peut-on tirer de ces résultats ?
L’enseignement est clair pour le simple fait que nous sommes en face d’une population qui fondait beaucoup l’espoir à ces élections, mais qui à la lumière des résultats semblent être déçu. Pour nous c’est un facteur qui pourrait régressé la démocratie en Centrafrique. La perte de confiance des électeurs dans les opérations électorales est bien un danger pour la démocratie en Centrafrique. A cet effet, l’enquête comporte des recommandations pour les médias, la société civile, les partis politiques et les autorités gouvernementales afin de renforcer l’adhésion des citoyens aux processus électoraux et plus généralement au dialogue politique.

 

 
MOTS CLES :  Centrafrique   Pascal Chirhalwirwa   Enquête   Sondage 

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués