SOCIéTé  |    

Le Saint-Siège et la République centrafricaine signent un accord-cadre

Par Radio Vatican - 08/09/2016

Le Saint-Siège et la République centrafricaine ont signé le mardi 6 septembre un accord fixant le cadre juridique des relations entre l’Église et l’État centrafricain

 

Le Saint-Siège et la République centrafricaine ont signé le mardi 6 septembre un accord fixant le cadre juridique des relations entre l’Église et l’État centrafricain. Le nonce apostolique, Mgr Franco Coppola, et le ministre centrafricain des affaires étrangères Charles-Armel Doubane ont signé cet accord-cadre au Palais présidentiel, en présence du chef de l’État et de l’archevêque de Bangui, Mgr Dieudonné Nzapalainga.

Selon un communiqué, «les deux parties s’engagent à collaborer pour le bien-être moral, spirituel et matériel de la personne humaine et pour la promotion du bien commun». Cet accord fait suite à la visite du Pape François à Bangui, en novembre 2015, et à celle du président centrafricain Faustin-Archange Touadéra au Vatican le 18 avril dernier.

Le 29 novembre 2015, l’image du Pape François ouvrant la Porte Sainte de la cathédrale de Bangui a marqué le début de l’Année jubilaire. Ce geste spirituel avait contribué à un net apaisement des tensions en Centrafrique, après de longs mois de guerre civile. Il trouve maintenant aussi une suite avec cet accord juridique qui donne un statut à l’Église catholique dans le pays.

 


© Droits réservés
Juste après son élection, le président centrafricain Touadéra avait réservé au Pape François l’un de ses premiers déplacements internationaux. Venu dans nos studios à Radio Vatican, il nous avait alors annoncé que «les Centrafricains sont demandeurs pour l’action de l’Église et son intervention au sein de nos populations. Nous pensons que c’est très important que ces accords puissent être établis entre nous et le Saint-Siège», avait précisé le nouveau chef de l’État.

Les catholiques sont minoritaires en Centrafrique, ils représentent moins de 30% de la population, contre 50% de protestants, 10% de musulmans, et 10% d’animistes, les frontières étant toutefois poreuses entre les différentes appartenances confessionnelles. Mais comme souvent dans les États encore fragiles, l’Église catholique joue un rôle vital pour la cohésion du pays, à travers son réseau d’écoles et d’hôpitaux.

D’ailleurs mardi la directrice de l’hôpital pédiatrique du Bambino Gesù à Rome, Mariella Enoc, s’est entretenue avec le Pape François au sujet notamment du partenariat établi avec l’université de médecine et l’hôpital pédiatrique de la capitale centrafricaine. Les services du Bambino Gesù travaillent à la formation des médecins locaux mais aussi à l’installation de nouveaux équipements, comme un générateur électrique. Des aides très concrètes qui répondent aux appels du Pape pour une coopération fraternelle renforcée, au sein de l’Église catholique, entre les pays les plus riches et les plus pauvres.
 
MOTS CLES :

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués