NATIONALE  |     INTERNATIONALE  |    

Cameroun: La garde présidentielle autour du corps de Patassé

Par Théodore Tchopa/Le Jour - 07/04/2011

«Ils sont venus pour le constat du décès et l’identification de la dépouille», selon un élément de la sécurité

 

La présence de certaines autorités de la capitale économique du Cameroun laisse deviner l’importance de l’événement qui se déroule dans ce bloc hospitalier, depuis la tombée de la nuit. Un corbillard de l’hôpital général, appartenant au ministère de la Santé publique du Cameroun, en rajoute à la curiosité du visiteur. Le véhicule est garé dans la cour avec un pick-up de la gendarmerie nationale. Un autre pick-up du même corps est stationné à l’esplanade de l’hôpital. Ce dispositif a servi à l’escorte du préfet du Wouri, Bernard Okalia Bilaï. Le préfet s’est déporté à l’hôpital général de Douala, peu après l’annonce du décès de l’ex-chef de l’Etat de la République centrafricaine, Ange Félix Patassé. «Ils sont venus pour le constat du décès et l’identification de la dépouille», confirme un élément de la sécurité. Le préfet est assis dans le hall des urgences. Tout près de lui, le nouveau sous-préfet de l’arrondissement de Douala 3ème, Jeannot Samandjo, vêtu d’un costume de couleur noire. «Vous êtes venus aux nouvelles», lance-t-il aux journalistes de trois organes, présents.

 


© http://photos1.hi5.com
Le commandant du groupement de gendarmerie du Wouri, le commissaire de sécurité publique du 10ème arrondissement, les commissaires spéciaux des 3ème et 5ème arrondissements de Douala sont là. Des voix retentissent sans cesse dans leurs talki-walkies. Il y a aussi ces éléments de la garde présidentielle (Gp) camerounaise, aux côtés de leurs confrères de la Direction de la surveillance du territoire (Dst) et de quelques personnels du consulat de la République centrafricaine à Douala. Le consul est absent. L’ancien bâtonnier de l’ordre des avocats au barreau du Cameroun, Me Patrice Monthe, fait des va-et-vient.

Les autorités camerounaises s’impatientent. «Que fait encore le maître d’hôtel là haut (au premier étage, Ndlr)?», s’interroge l’une d’entre elles. «Il est encore en train de mettre les affaires de papa dans le sac», assure la fille du défunt. L’ex-première dame de la République centrafricaine semble méditative. Elle occupe un siège tout près du préfet. Vingt minutes plus tard, deux éléments de la Gp, vêtus de jogging, apparaissent dans le hall. Ils traînent trois valises du feu président. Ces valises sont déposées dans des véhicules de gendarmerie. Tout comme les autres effets transportés par la famille d’Ange Félix Patassé. A 20h 50, la veuve du président et sa «fille aînée» s’engouffrent dans une Mercedes immatriculée Ce 918 Cu. Qui disparaît dans le cortège du préfet. Le Jour a appris que la famille Patassé a passé la nuit à l’hôtel Sawa de Douala, alors que le corps de leur parent est toujours à la morgue de l’hôpital général de Douala, où la garde présidentielle camerounaise assure la sécurité.

 

 
MOTS CLES :

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués