SOCIéTé  |    

Ouverture à Bangui d'une réunion sur la faune sauvage et la viande de brousse

Par APA - 10/08/2016

La deuxième réunion du comité de pilotage du projet plan d’action de la faune sauvage et du secteur de la viande de brousse en Afrique s’est ouverte mercredi à Bangui

 

La deuxième réunion du comité de pilotage du projet plan d’action de la faune sauvage et du secteur de la viande de brousse en Afrique s’est ouverte mercredi à Bangui, sous la présidence de la ministre de l’Environnement, du Développement durable, des Eaux, Forêts, Chasses et Pêches, Arlette Sombo-Dibèlé.

Le but de cette rencontre à laquelle participent les partenaires au développement de la RCA, est d’examiner et d’approuver le rapport des travaux d’avancement des activités déjà réalisées ainsi que de planifier les actions futures à soumettre à l’instance dirigeante des quatre pays de l’espace Commission des Forêts d’Afrique Centrale (COMIFAC).

Lors du lancement des travaux de l’atelier du processus d’élaboration du plan national dudit projet, le 4 août dernier, la ministre centrafricaine de l’Environnement a expliqué que la mise en place de cette stratégie sous régionale permettra d’impliquer les populations autochtones et locales dans la gestion durable de la faune sauvage et du secteur de la viande de brousse en Afrique Centrale.

 


© Droits réservés
Arlette Sombo-Dibèlé a souligné que l’équipe de travail composée de plusieurs acteurs devrait servir de plateforme de dialogue intersectoriel permettant d’obtenir un plan d’action consensuel.

Le gouvernement centrafricain en plaçant au rang de ses priorités, la question de la conservation des biodiversités et de la gestion des faunes sauvages témoigne de l’intérêt qu’il accorde à l’amélioration des moyens d’existence de la communauté locale et la lutte contre la pauvreté.

La 1ère réunion du comité de pilotage organisée en juillet 2015 avait permis de réorienter les activités du projet : « Gestion durable de la faune sauvage et du secteur de la viande de brousse en Afrique Centrale » afin de l’atteinte de ses priorités.

Grâce à l’appui technique de l’Organisation des Nations Unies pour l’Agriculture et l’Alimentation (FAO) et du soutien financier du Fonds de l’environnement mondial (FEM), les pays de la COMIFAC (RCA, le Congo Brazzaville, Gabon et RDC) ont opté de traduire cette stratégie sous régionale en stratégie nationale pour qu’à l’horizon 2025, il puisse y avoir une amélioration dans la gestion durable de la faune sauvage et du secteur de la viande de brousse en Afrique Centrale.
 
MOTS CLES :

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués