DéBATS & OPINIONS  |     KIOSQUE  |    

Humeur/Départ de Charles Malinas, la parade des faux-culs !

Par LNC - 03/08/2016

A voir les roues de paon qu’ils firent autour de Charles Malinas vendredi dernier pour son pot de départ au bar dancing “Elesongo” à Bangui, il va leur manquer.

 

A voir les roues de paon qu’ils firent autour de Charles Malinas vendredi dernier pour son pot de départ au bar dancing “Elesongo” à Bangui, il va leur manquer.

Toutes les bonnes blagues, mêmes les meilleures ont une fin. Charles Malinas, diplomate français, ambassadeur de la France en Centrafrique a quitté Bangui hier Mardi pour Prague. Son successeur est déjà connu, ce sera Christian Bader, donc, le nouvel ambassadeur de France auprès de la Centrafrique.

Un pas de danse pour le vice consul

D’Edouard Ngaissona à Firmin Ngrebada, Directeur de cabinet de Touadera, en passant par Désiré Kolingba, Augustin Agou (député), Sébastien Wénézoui, Virginie Mbaïkoua, et autre Martha Gouandjika, fille de Fidèle Gouandjika; il y’avait du beau monde au bar Elesongo pour pleurer le départ de l’incontournable Charles Malinas.

Mais quel était l’intérêt de ce bal de flatteurs flagorneurs qui auront passé leur temps à faire la danse du ventre devant un individu, qui en Centrafrique n’aura eu de cesse que de nuire à ses intérêts en ressusciter les pires moments de népotisme de la domination coloniale, teintés du mielleux de ses discours hypocrites du genre : “ce que je conserverais d’abord et avant tout, c’est l’image d’une population qui a tout fait pour que les choses changent dans le bon sens, et qui s’est mobilisée au moment des élections et bien avant les élections, pour que sa volonté soit faite. C’est-à-dire que la paix revienne, que les dirigeants soient élus, bien élus et aujourd’hui c’est le cas.” ?

Les bons esclaves vous remercient bien

Charles Malinas, comme d’autres à Bangui, dite de la fumeuse “communauté internationale”, aura contribué largement à la déstabilisation de la fragile et précaire démocratie centrafricaine.

Truqueur des élections pour faire élire qui lui plaisait, capable de faire Président du pays un individu qui au premier tour de la présidentielle ne dépassait pas les 5%, capable de faire annuler les législatives de décembre 2015, parce que les électeurs avaient mal voté selon lui, car Karim Meckassoua, à la régulière était éliminé. Et en final, son poulain Meckassoua à coups de corruptions est devenu le Président de l’Assemblée nationale. Après tout, ça dérange qui ?

Charles Malinas aura contribué aux bourrages des urnes lors des différentes élections, multipliant les réunions secrètes avec des fonctionnaires influents et des préfets, afin d’imposer sa volonté.

La nouvelle Constitution centrafricaine, les centrafricains bien avant d’aller au referendum, était déjà acté, validé par avance, sous la pression de Malinas.

 


© Droits réservés
Et ce ne sont là que quelques uns de ses hauts faits.

Et c’est cet homme qui a le culot de déclarer lors de son départ que les centrafricains avaient choisi leur destinée. La bonne blague…

En retour, ses serviles ayant la reconnaissance du ventre, de le fêter dignement, comme le bon gouverneur colonial qu’il aura été. A commencer par le plus haut sommet de l’Etat.

Faustin Archange Touadéra n’ignore pas que sans les tripatouillages électoraux dans lesquels Malinas a trempé, il n’aurait jamais été “élu” à la tête de la RCA.

Touadera, si les votes des centrafricains avaient été respectées, aurait été disqualifié d’entrée !

Pourquoi d’après vous il a décoré Charles Malinas de la croix de commandeur dans l’ordre national de la reconnaissance centrafricaine ?

Ce ne serait pas plutôt de la reconnaissance de Faustin Archange Touadéra ?

Espérons que les tchèques chez qui va Charles Malinas seront moins naïfs que la pseudo élite politique centrafricaine de sa puissante force de nuisance.

Mais d’aucun de nous rétorquer, qu’en Centrafrique, Charles Malinas n’aura fait que son devoir, à savoir user de tous les moyens, même les plus retors, pour défendre les intérêts de la France.

“La France n’est en Centrafrique que pour y défendre ses intérêts”
 
MOTS CLES :

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

A savoir

  • Les opinions et analyses présentées dans cette rubrique n'engagent que leurs auteurs et nullement la rédaction de Journaldebangui.com
  • Journaldebangui.com n'est pas responsable des affirmations qui y sont présentées et se réserve le droit de modifier ou de retirer un article qui diffamerait, insulterait ou contreviendrait au respect des libertés publiques

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués