NATIONALE  |     INTERNATIONALE  |    

Selon Parfait Ononga-Anyanga, «la Minusca va monter en puissance»

Par RFI - 27/07/2016

En Centrafrique, un nouveau président a été élu démocratiquement il y a 6 mois, mais les Nations unies ne baissent pas la garde

 

En Centrafrique, un nouveau président a été élu démocratiquement il y a 6 mois, mais les Nations unies ne baissent pas la garde. Mardi 26 juillet, à New York, le Conseil de sécurité a voté la prolongation du mandat des quelque 12 000 casques bleus de la Minusca jusqu'à novembre 2017. Rappelons que les troupes françaises de Sangaris plient bagage et que les Nations unies se retrouvent désormais en première ligne. Le Gabonais Parfait Onanga-Anyanga dirige la Minusca. En ligne de Bangui, le représentant spécial de Ban Ki-moon est l'invité de RFI.

Les 12 000 casques bleus sont maintenus jusqu’en novembre 2017 avec un mandat musclé. Mais plusieurs pays du Conseil de sécurité ont fait enlever de la résolution, la mention que votre force militaire pourrait intervenir de façon robuste avec des technologies modernes. Est-ce que ce n’est pas un problème ?
Je ne crois pas que la question des technologies ait été totalement gommée de la résolution. Non, il y a une demande faite au secrétaire général et à son représentant ici, c’est-à-dire moi-même, de tout faire, en sorte que les Etats qui enverraient des troupes ici en Centrafrique s’organisent pour qu’elles soient très bien équipées, bien entraînées, en raison précisément des menaces que ces forces pourraient rencontrer sur le terrain et en raison du fait qu’il y a encore beaucoup trop de groupes armés dans ce pays. Et par exemple, dans l’un des paragraphes du dispositif on peut voir que le Conseil demande à la Minusca de saisir et de confisquer, mais aussi de détruire, les armes dont pourraient disposer ces groupes armés, y compris leurs minutions. Et ce faisant, nous avons là quelque chose qui est clairement robuste et je crois que c’est bien le sens de cette résolution.

Il n’empêche, dans un rapport publié il y a quelques semaines, le numéro 2 du secrétariat général de l’ONU, le Français Hervé Ladsous, constate que la situation est fragile et réversible. Il note notamment que l’ancien chef Seleka Noureddine Adam essaie de réunifier l’ancien mouvement qui tenait Bangui en 2013.

C’est des informations préoccupantes. C’est vrai, nous sommes, en tout cas toute la mission est à pied d’œuvre. Et l’un des accents particuliers de ce mandat ce sera précisément de doter la Minusca d’une plus grande mobilité avec une grande flexibilité dans sa capacité opérationnelle. Et donc cela nous permettrait, je crois, j’en suis convaincu, d’avoir le dessus sur toute force négative sur le terrain. Et le vrai défi pour les Centrafricains c’est de se retrouver. Le chef de l’Etat Touadéra a tendu la main, il a invité tous les acteurs politico-militaires autour d’une table. Il faut saisir cette opportunité parce qu’il n’y en aura pas d’autres.

 


© Droits réservés

C’est un message à Noureddine Adam ?
On espère que tous, y compris évidemment que monsieur Noureddine Adam, entendra raison et viendra autour de la table.

Est-ce que vous ne péchez pas par excès d’optimisme ?
Le président Touadéra dit que la patrie est en danger et que la vaste zone de son territoire continue d’échapper à tout contrôle. On pense notamment aux régions de Bambari, de Ndélé, de Birao, qui sont sous contrôle rebelle. On a l’impression que vous parlez comme si tout allait bien.

Ah non, mais pas du tout, pas du tout ! Ce que je dis c’est précisément que nous sommes au milieu du gué. Mais aujourd’hui, le monde entier est autour de la Centrafrique. En novembre, bientôt, il y aura une table ronde des partenaires, des bailleurs de fonds pour dire à la Centrafrique : « Bravo ! Il va y avoir un dividende de la paix si vous continuez sur la voie de la paix ».

Est-ce que vous ne craignez pas que le départ des Français ne laisse un grand vide ?
Si ça ne dépendait que de moi, on n’aurait jamais dû changer une équipe qui gagne, parce qu’ensemble on a fait de très belles choses. Mais la Minusca va monter en puissance. Bientôt, elle va recevoir de nouvelles capacités, des éléments renforcés de sa troupe qui viendront ici avec des spécificités particulières. Maintenant, nous ne le ferons pas seuls. Depuis près de dix jours, la nouvelle équipe de formation de l’Union européenne est en place et commence donc le dur labeur de former les forces armées centrafricaines.

De nouvelles capacités, ça veut dire quoi ? Plus d’hélicoptères, plus de blindés ?
Un peu tout cela. Mais pour moi, je crois que rien ne pourra remplacer la volonté des Centrafricains de renégocier ensemble leur contrat social.
 
MOTS CLES :  Centrafrique   Ononga-anyanga   Minisca 

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués