SOCIéTé  |    

Centrafrique : vente des bâtiments administratifs, un fléau à Berberati

Par RJDH Centrafrique - 25/07/2016

La vente des bâtiments publics suscite des réactions dans la ville de Berberati. Après la réaction des conseillers municipaux et un député

 

La vente des bâtiments publics suscite des réactions dans la ville de Berberati. Après la réaction des conseillers municipaux et un député, le président de la délégation spéciale de la commune de Sosso Nakombo, Albert Eustache Nakombo, reconnais avoir acheté un bâtiment à Berberati, vendu par le Ministère en charge de l’urbanisme et du logement à hauteur de 2 millions 500 mille de francs CFA.

C’est un grand débat qui est ouvert à Berberati à propos des bâtiments de l’Etat, vendus à des tierces personnes.

Lors d’une rencontre ce 21 juillet, les conseillers municipaux se sont largement revenus sur le problème foncier de la commune, « en fin 2015 la direction régionale de cadastre a vendu illicitement la résidence du Maire à l’ancien Maire de la Commune de Berberati Albert Eustache Nakombo », a rapporté au RJDH, Roger Gbandiba, président de la délégation spéciale de la commune de Berberati.

Le collectif des chefs de groupes ayant pris part à ce conseil extraordinaire exigent une poursuite judiciaire contre tous ceux qui sont impliqués dans la vente illicite de la résidence du maire, « le temps n’est plus à l’impunité » est le mot de fin de cette rencontre » a indiqué au RJDH une source proche du dossier.

Un autre problème foncier oppose André Nalké Dorogo, député de Berberati 4 et les opérateurs économiques de Berberati. Le député exige la libération de l’espace qu’il a acquis et les derniers s’opposent arguant que cet espace appartient à la commune et qu’ils continuent de payer leurs taxes.

Une réunion organisée par André Nalké Dorogo à la Commune de Berberati pour convaincre les opérateurs économiques n’a pas donné une suite et chaque partie garde sa position. L’espace querellé est une partie de l’Office National d’Affrètement (ONAF) de Berberati, titre foncier de la Mairie, vendu par morcellement en 2013 à André Nalké Dorogo par l’ancien président de la délégation spéciale près la commune de Berberati Albert Eustache Nakombo.

Albert Eustache Nakombo, président de la délégation spéciale de la commune de Sosso Nakombo, mis en cause dans le premier dossier, lors d’un point de presse organisé à Berberati le 21 juillet, reconnais avoir acheté un bâtiment mais non communal, vendu par le ministère en charge de l’Urbanisme et du logement à hauteur de 2.500.000 mille FCFA.

Pour Albert Eustache Nakombo, « plusieurs maisons au camps fonctionnaire ont été vendues avec la signature de Armel Ningatoloum Sayo, ancien Ministre de l’habitat et du logement », a-t-il précisé.

Pascale Sanganda, directeur régional de l’urbanisme et du logement, impliqué aussi dans cette affaire, a signifié qu’il s’était opposé à cette vente, « nous avons adressé une correspondance au Ministre en charge de l’urbanisme et du logement pour ces cas », a-t-il dénoncé.

Ces affaires des ventes des bâtiments administratifs remontent à la période la transition, de 2013-2015. Plusieurs autres villes sont concernées par ce sujet. Fridolin Ngoulou/Jean Claude Waniewa.

 

 
MOTS CLES :  Centrafrique   Berberati 

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués