SOCIéTé  |    

Six policiers centrafricains pris en otage au Km5

Par Journaldebangui.com, source Rjdh - 20/06/2016

Six policiers détachés au commissariat du 3ème arrondissement de Bangui sont pris en otage depuis dimanche dernier par les membres d’un groupe armé opérant au km5

 

De sources proches de la police centrafricaine, les six policiers ont été enlevés alors qu’ils escortaient une équipe d’éleveurs peulhs venus de Bambari "ces six éléments de la police escortaient une équipe de peulhs venus de Bambari pour vendre leurs bœufs. Quand ils sont arrivés au km5 vers la mosquée, les éléments d’un chef rebelle nommé 50-50 les ont arrêtés. Depuis hier 16h, ils sont portés disparus avec le véhicule de la police", a confié sous anonymat une source au sein de la direction générale de la police centrafricaine.

Selon un cadre du ministère de la sécurité publique, les ravisseurs exigent la libération des éleveurs arrêtés pour détention illégale d’arme "les ravisseurs veulent que les éleveurs en situation irrégulière, soient libérés avant qu’ils ne relâchent les policiers", explique-t-il.

Le ministre Jean Serge Bokassa a confirmé et condamné l’enlèvement de ces six policiers. Le membre du gouvernement, sans apporter des précisions sur les mesures prises par le gouvernement pour leur libération, a exigé la libération sans condition de ces agents. Selon des informations, des négociations sont ouvertes avec le groupe du chef rebelle Issa alias 50-50 pour la libération de ces policiers. Ces négociations seraient menées par la Minusca, information non encore confirmée par le service de la communication de la Minusca.

 


© Droits réservés
Lors d’une descente ce matin au commissariat du 3ème a rencontré les autres policiers et le commissaire. Ces derniers étaient abattus. Le commissaire, visiblement fatigué et abattu n’a pas souhaité se prononcer sur l’affaire "pour le moment, je ne suis pas en état de vous répondre. J’ai des éléments en main des hommes armés, je ne sais quoi faire" affirme le commissaire. Les policiers sont, selon nos informations, détachés sans arme au commissariat du 3ème arrondissement considéré comme une zone rouge.

Des informations du RJDH attestent que les otages sont en vie. Ils seraient à la base du groupe armé à l’origine de cette opération. Issa, le chef de ce groupe armé n’a pas été joignable pour se prononcer sur le dossier. Les activités au km5 sont paralysées depuis ce matin à cause de cette situation. Au moment où le RJDH met sous presse, des tirs à l’arme lourde et légère sont entendus dans le 3ème arrondissement. Les raisons de ces tirs ne sont pas encore bien établies.

Ces policiers sont pris en otage au moment où un regain de violence est constaté sur toute l’étendue du territoire centrafricain. En août 2015, une tentative d’arrestation d’un chef rebelle du km5 nommé Haroun Gaye s’est soldée par un affrontement entre ses éléments et les casques bleus.
 
MOTS CLES :  Bangui   Centrafrique   Km5   Rca 

3 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

Imcométence de la MINUSCA.

Par Patriote

21/06/2016 10:46

La minusca burundais doit partir. Malinas aussi.

Une jungle où les états majors et groupes armés imposent leur loi....

Par Sorokaté

21/06/2016 23:06

Où vit-on ? C'est bien en Centrafrique malgré la présence des forces Onusiennes et de la sangaris.
Finalement, pourquoi mettre l'etat centrafricain sous l'embargo d'armes ?
Des peulhs en sans documents attestant leurs origines dans la capitale politique centrafricaine alors que nous savons ce que ces coupeurs de route tantôt seleka des fois des soudanais ont fait et continus de faire en territoire centrafricain.
Des groupes rebelles au km5? Mais ne me demande quelle est l'utilité de la sangaris?
Curieusement, au moment où monsieur le colon François Hollande met fin en catimini à son armée coloniale sangaris, les groupes armés entrent en action c'est quand-même suspect interpellant...
Comment dit on il n'y a pas de fumée sans feu c'est qu'il y'a une braise...
Ha la France toujours la France.
En Centrafrique nous avons des ONG étrangères, des milliers de soldats étrangers sous le masque de l'ONU et sans parler de l'armée française mais le peuple centrafricain continu de subir les atrocités des mercenaires.

Un état virtuel avec des autorités fantoches, tantôt les salaires des fonctionnaires sont payés par l'Angola des fois par la France .
Mon pays va de mal en pire .
Le mot marionnette trouve une justification en terre centrafricaine.
Peuple centrafricain, c'est à l'esclave de se débarrasser de son maître et ceci nécessite du courage.

L'avenir de la Rca incombe à une prise de conscience nationale en vue d'une vraie RÉVOLUTION...
Centrafricainemt,
Sorokaté alias Domzan-bene.

Une jungle où les états majors et groupes armés imposent leur loi....

Par Sorokaté

21/06/2016 23:07

Où vit-on ? C'est bien en Centrafrique malgré la présence des forces Onusiennes et de la sangaris.
Finalement, pourquoi mettre l'etat centrafricain sous l'embargo d'armes ?
Des peulhs en sans documents attestant leurs origines dans la capitale politique centrafricaine alors que nous savons ce que ces coupeurs de route tantôt seleka des fois des soudanais ont fait et continus de faire en territoire centrafricain.
Des groupes rebelles au km5? Mais ne me demande quelle est l'utilité de la sangaris?
Curieusement, au moment où monsieur le colon François Hollande met fin en catimini à son armée coloniale sangaris, les groupes armés entrent en action c'est quand-même suspect interpellant...
Comment dit on il n'y a pas de fumée sans feu c'est qu'il y'a une braise...
Ha la France toujours la France.
En Centrafrique nous avons des ONG étrangères, des milliers de soldats étrangers sous le masque de l'ONU et sans parler de l'armée française mais le peuple centrafricain continu de subir les atrocités des mercenaires.

Un état virtuel avec des autorités fantoches, tantôt les salaires des fonctionnaires sont payés par l'Angola des fois par la France .
Mon pays va de mal en pire .
Le mot marionnette trouve une justification en terre centrafricaine.
Peuple centrafricain, c'est à l'esclave de se débarrasser de son maître et ceci nécessite du courage.

L'avenir de la Rca incombe à une prise de conscience nationale en vue d'une vraie RÉVOLUTION...
Centrafricainemt,
Sorokaté alias Domzan-bene.

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués