NATIONALE  |     INTERNATIONALE  |    

Centrafrique: la MINUSCA minée par les scandales sexuels tente de redorer son blason

Par Journaldebangui.com, source Info-centrafrique.com - 02/06/2016

Actuellement 96 eme au niveau mondial et 23 eme sur le plan africain, le Centrafrique court toujours après une première qualification à la CAN de Football

 

Les fauves reviennent de très loin

L’objectif peut être atteint, vu les performances des fauves de Bas-Oubangui ces dernières années.Mais les fauves qui ont encore du chemin à faire, reviennent de très loin.Le dernier match international des Fauves de Bas-Oubangui senior avant 2010 remonte à l’année 2003. Les centrafricains ont terminé dernier de leur groupe de qualification pour la CAN 2004 jouée en Tunisie. Derniers avec deux petits points grâce aux deux matches nuls à domicile (Score nul et vierge contre le Congo-Brazza, et un but partout contre la Namibie).

Après trois ans sans compétitions internationales, les Fauves de Bas-Oubangui (l’appellation de la sélection) ont réapparu chez les moins de 17 ans en 2006 en battant le Cameroun 1 à 0 à Yaoundé . C’était dans la course à la Coupe de cette catégorie dont la phase finale a eu lieu l’année suivante à Lomé au Togo. Après le Cameroun, l’équipe cadette de la RCA a défait le Gabon à Libreville 2 buts à 1, avant de s’incliner malheureusement à domicile 2-0 dans le tout nouveau stade 20.000 de Bangui , manquant ainsi d’un micron une qualification historique. C’est le début d’une génération qui fait actuellement la gloire du football centrafricain.

Le déclic est venu du sacre à domicile en 2009 lors de la coupe CEMAC (Communauté Économique et Monétaire de l’Afrique Centrale), cette compétition qui ne concerne que les joueurs locaux et que les six pays membres organisent de manière rotative. Dans la même période, l’équipe nationale centrafricaine de moins de 17 ans a remporté la coupe de l’UNIFFAC (l’Union des Fédérations de Football d’Afrique Centrale) à Limbé au Cameroun.

2009-2012 : période faste

Le résidu de la génération de 2003 (Charly Dopékoulounyen, Romaric Lignanzi et le gardien Emmanuel Yezzouat,Foxy KETHEVOAMA, etc) et les cadets de 2006 tels Hilaire MOMI, Eudes DAGOULOU, Junior GOURRIER, Salif KEITA, Thérance KETHEVOAMA pour ne citer que ceux-là sont devenus les cadres de l’équipe nationale qui est encore la même aujourd’hui.

 


© Droits réservés
L’éclosion providentielle des joueurs centrafricains et autres binationaux en Europe comme les frères Eloge et Manassé Enza Yamissi ; Kelly et Amos YOUGA, Foxi KETHEVOAMA, David MANGA, le gardien Geoffrey LEMBET, Francklin Anzité, Josué BALAMANDJI , Evans KONDOGBIA… complète l’ossature de l’actuelle équipe .

Cette fusion de talents a permis à la RCA de revenir en force sur la scène africaine en réalisant une série de surprises. Entre 2009 et 2012, les grandes nations du football africain et même mondial ont connu des affres à Bangui sur le stade Barthélémy Boganda. Les centrafricains ont tenu en échec le Maroc à domicile en septembre 2010 à Marrakech sur le score nul et vierge. Un mois plus tard, c’est au tour d’Algérie, après un brillant match contre l’Angleterre au mondial sud-africain de 2010, d’être battu avec la manière deux buts à zéro. Il faut dire que score aurait pu atteindre la demi douzaine vu le nombre d’occasions vidangés. Ce fut le fameux 10-10-10, autrement dit le 10 octobre 2010.

La CAN de 2012, manquée de peu

Comme les cadets en 2006, les seniors sont passés légèrement à coté de la CAN 2012 au Gabon et en Guinée Équatoriale, en terminant 2e de leur groupe avec huit point derrière le Maroc. Après avoir défait le Burkina Faso à Bangui un but à zéro dans la course à la Coupe d’Afrique des Nations de Guinée Équatoriale de 2013, les centrafricains étaient à quelques minutes d’une qualification quand Alain TRAORE a profité d’une erreur de sortie du portier G.LEMBET pour propulser le ballon de la tête dans le filet à la 96e minute de jeu. Score Final 3-1 pour lés étalons. Les centrafricains étaient pour tant les premiers à ouvrir le score par David MANGA. Un arbitrage dont l’entraineur français Alain GIRESSE avait douté de la sincérité dans l’émission Talent d’Afrique quelques jours après le match sur Canal+. "J’ai suivi tout le match, je crois que l’arbitre y est pour quelque chose". Avait-il déclaré.

Durant le règne de la Séléka, tous les matches à domicile étaient délocalisés soit au Cameroun soit au Congo-Brazza, occasionnant ainsi une cascade de défaites. L’hémorragie a continué jusqu’en septembre 2015 où ont les Fauves de Bas-Oubangui se sont payés la peau des SIMBA de la RDC deux but à zéro à Bangui.

Depuis cette date (et avant le match du 5 juin à Bangui contre l’Angola), la sélection nationale a livré un total de 22 matches officiels toutes compétitions confondues. Vingt deux buts marqués, trente trois buts encaissés et cinq matches nuls (Maroc en aller retour, Égypte, Guinée Bissau et Madagascar). 7 victoires et 7 défaites. Les Fauves, réputés invincibles à domicile joueront leur va-tout ce dimanche pour essayer de remporter la victoire. Mission difficile, mais pas impossible.
 
MOTS CLES :

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués