NATIONALE  |     INTERNATIONALE  |    

RCA: l’armée française n’est pas partie

Par Journaldebangui.com, source Lutte-ouvriere-journal.org - 19/05/2016

François Hollande a annoncé vendredi 13 mai 2016 à Bangui la fin de l’opération Sangaris, commencée en décembre 2013. Toutefois, quelque 500 soldats français resteront à Bangui

 

Tout d’abord, 300 d’entre eux vont continuer à occuper l’aéroport de la capitale. Autant dire que l’armée française pourra multiplier ses effectifs en quelques heures. C’est très exactement ce qui s’était passé au début de l’opération, avant que les troupes arrivées par avion ne soient rejointes par des contingents venus du Tchad ou du Cameroun. Une centaine d’autres soldats formeront officiellement la nouvelle armée centrafricaine, et le reste pilotera les drones fournis au contingent de l’ONU, la Minusca. Mais, dans la réalité, les officiers français sont présents à tous les échelons des forces de l’ONU comme au sein de la nouvelle armée centrafricaine, ainsi que dans les services de renseignement. Ce maillage par des envoyés de Paris est tout aussi effectif dans les structures civiles du pays. Des conseillers et de prétendus experts sont présents dans tous les cabinets ministériels.

Ce retrait partiel permet à Hollande de dire que l’armée française ne s’est pas enlisée en Centrafrique. Il serait plus juste de dire qu’elle réduit ses effectifs en laissant les 12 000 soldats de l’ONU venus d’autres pays africains comme le Congo, le Cameroun ou le Gabon, ou encore du Pakistan ou du Bangladesh, s’enliser à sa place. Pendant ce temps, l’impérialisme français pourra redéployer ses troupes sur d’autres terrains où il intervient militairement, qu’il s’agisse du Moyen-Orient, du Sahel ou peut-être demain de la Libye.

 


© Droits réservés
Hollande s’est rendu au quartier PK 5, le seul quartier de Bangui d’où les musulmans n’ont pas été obligés de fuir, pour tresser des lauriers au président Touadéra fraîchement élu, déclarant que cette élection constituait un exemple pour toute l’Afrique. Mais en quoi est-ce un exemple, dans ce pays où règne l’insécurité, alors que les musulmans n’osent pas revenir à Bangui et que 20 % de la population a fui son foyer pour se cacher dans une autre région ou dans les pays voisins ? Si c’est un exemple, c’est celui de la manière dont le gouvernement français impose sa volonté en Afrique, mais pas celui d’une solution pour les Africains.

Avec ou sans Sangaris, la présence militaire française en Centrafrique demeure, et plus encore la domination de l’impérialisme français.
 
MOTS CLES :

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués