Contact

Par JournalDeBangui.com - 27/04/2010

Contact


 

Article Contact
Nombre de messages: 36
Pages: 1  2 


http://www.auuggsbootsuk.co.uk/

Par Uggs on Sale UK

24/12/2012 08:23

idas de seguridad Uggs on Sale UK de los ficheros

CMRN

Par CMRN

26/12/2012 23:03

NOUS,anciens mutins membres du Comité Militaire de Redressement National(CMRN)basés au sud de Bangui, Lobaye et au Congo nous demandons a nos frères qui sont entrées en rébellion contre le pouvoir de Bozize d'aller en négociation sur les principes des accords signer au Gabon. le peuple centrafricain a beaucoup souffert de la mauvaise gouvernance de BOzize depuis 2003.Ce pourquoi nous demandons à nos frères une fois encore de dialoguer avec le pouvoir en place pour épargner le peuple centrafricain des exactions.

Galerie Photos du JDB

Par Bolingo

20/01/2013 16:47

Bonjour et meilleurs voeux à votre équipe,

Je me permets de vous envoyer ce mail pour vous signaler que les photos 2/7 et 7/7 ( pygmés de la RCA) ne sont pas des photos de pygmés, il s'agit probablement de photos de nos compatriotes des zones de savanes. Il y a des détails qui ne trompent pas, le physique des personnages, l'habitat et l'environnement autour.
Merci de retirer et créer une rubrique spécifique pour nos compatriotes des zones de savanes, qui je vous rappelle ne sont pas des primitifs comme le sont les pygmés.

Soyez prudents, et faîtes attention à vos sources.

Bon courage et félicitations pour l'ensemble de la qualité de votre site.

Bolingo Riom france

Appel au soulèvement contre les islamistes terroristes en RCA

Par juju

24/01/2013 11:11

APPEL AU SOULEVEMENT CONTRE LES ISLAMISTES TERRORISTES EN RCA
Chers Compatriotes, aujourd’hui, la mascarade des accords politiques de Libreville qui n’est qu’une mafia politicienne de très haut niveau, prouve aussitôt ses limites. Les dispositions de ces accords, non seulement compliquées souffrent déjà du manque de respect de la part de ses signataires, dans la première phase de leur exécution.
Il n’y va pas sans risque avec la situation explosive et manifeste du groupe hétéroclite et composite des Rebelles Janjahouides et Zakawa d’autres formés en Afganistan, venus de Soudan et du Tchad. Les conséquences sont très regrettables sur la sécurité du territoire national. L’aspect incontournable qui devait être prise en compte en priorité par tous ne semble pas être appréhendé.
L’attention des Centrafricains doit être attirée, nous tous, confondus, nous serons victimes de notre propre ignorance et notre naïveté du risque que nous prenons avec le danger qui guette notre Pays.
En dehors des querelles partisanes pour l’occupation des postes au sein du Gouvernement, la conscience de chaque Centrafricain doit être interpellée dans la crise profonde actuelle que le Pays est en train de traverser.
La sagesse doit primer quant au choix à la tête des départements ministériels. Ce qui est vrai, est que la pratique de toute démocratie est relative, liée à son histoire, à son contexte et à son milieu.
Si la RCA est un Etat démocratiques et un Etat de Droit, le contexte politique de l’application du Droit doit, non seulement se conformer aux normes, mais aussi aux valeurs sacrées à protéger. Dans le cas échéant, notre valeur sacrée est notre nation.
L’évolution des hostilités dans nos provinces, fait transparaitre clairement les intentions hostiles cachées pour la déstabilisation totale du territoire national par ces groupes islamistes, recrutés de l’étranger exclusivement pour cette mission.
A cet effet, les enjeux stratégiques (sécuritaires et politiques) doivent être réévalués et appréciés hautement par les Autorités Centrafricaines, face aux nouvelles données qui sont les conquêtes de nos villes par les islamistes du SELEKA, bien même après la signature de ces fameux accords de Libreville.
Ceux qui croyaient être des chefs de la Rébellion ne sont que des figuratifs et ne maîtrisent plus rien, ni sur les hommes ni sur le terrain et même ni les objectifs actuels recherchés par ces islamistes.
Les enjeux de cette crise sont très complexes et même la capacité de nuisance de ces rebelles semblent être sous-estimés par tous les Centrafricains.
Ce qui est arrivé aux Maliens et aux Somaliens va arriver aux Centrafricains si nous ne sommes pas vigilants et solidaires.
L’actuel Premier Ministre TIANGAYE a l’obligation de se voir d’abord Centrafricain avant d’adapter la démocratie absolue tant imaginée à la logique du contexte Centrafricain de l’heure.
Les dispositions de l’accord de Libreville doit être réévaluées dans la logique du moment et adapter relativement à l’évolution du comportement actuel des Rebelles et à leurs ambitions après la signature des accords de Libreville.
Depuis vendredi 18 Janvier 2013, les données ont changé, les ambitions profondes de ses envahisseurs et conquérants islamistes commencent à se transparaitre par L’annexion des nouvelles villes comme:
- Kémbé,
- Dimbi,
- Mobaye et Bangassou après celle de
- Ndélé,
- Samwandja,
- Bria,
- Ippy,
- Ndachima,
- Bakala
- Bambari,
- Grimari,
- Kagabandoro
- Sibut
Les paisibles citoyens Centrafricains des localités citées, sont en train d’être assujettis en esclavage par des islamistes venus du Soudan et des Ex-Rebelles de BABA LADE venus du Tchad.
Les forces Armées déployées par la communauté de la sous-région pour s’interposer entre les belligérants en Centrafrique dans le cadre de suivi des accords de Libreville sont aussi défiées par ses terroristes.
La Rébellion de SELEKA est Composée à 97 pourcent des étrangers d’obédience islamique suivante :
- Les Islamistes Janjahouid venus de Darfour au sud-ouest de soudan formés en Afghanistan doté depuis Soudan, des Véhicules 4X4 et des Armes.
- Les Islamistes zagawas ex-éléments de BABA LADE Venus du Tchad

Ces groupes sont renforcés par les anciens réfugiés islamistes et certains jeunes issus de leur communauté identique, installés depuis longtemps ou sont nés en RCA. Ceux-ci sont complices et servent souvent des agents de renseignement et indicateurs à ces derniers
Le futur Gouvernement de TIANGAYE ne pourra rien faire contre ces envahisseurs puissamment armés par les islamistes venus du Darfour pour conquérir la RCA, massacrer les paisibles populations et s’emparer de nos ressources. Le gouvernement n’infléchira pas l’élan et la conquête islamique déjà engagée.
Si encore nous Centrafricains, dans notre super complaisance et naïveté, allons encore leur offrir sur plat d’or, le département de la Défense pour humilier nos Officiers qui vont rendre les honneurs aux terroristes qui marchent déjà sur nos paisibles citoyens, qui ont déjà fait des victimes dans les rangs des Forces Armées Centrafricaines.
Ouvrez vos yeux Centrafricaines, Centrafricains, voyons le danger en face, si le Mali a reçu le soutien de la communauté internationale c’est grâce à la solidarité et à l’action des ressortissants maliennes auprès de la France et les institutions internationales.

Aujourd’hui, ces Islamistes sèment la terreur dans le Pays, nos compatriotes dans les localités conquises sont en débandades partout dans la brousse, torturés et tués, ils pourrissent dans la nature comme des animaux à la merci des vautours.
Dans certains villages des cases sont calcinés, les corps enterrés par leurs bourreaux dans les fosses communes pour dissimuler la trace. Certains sont devenus des réfugiés, d’autres des déplacés sans assistance du HCR.
Des atrocités, des cruautés, des hostilités, des viols, des vols à l’insu de camera, à l’insu des journalistes, à l’insu du monde, les Centrafricains sont en train de vivre les pires moments de leur histoire au 21ème siècle dans l’enfer en ce moment.
- Où sont les Reporters Internationaux?
- Où est la communauté internationale ? Où est le HCR ? Où est le CICR ? Où est l’ONU ?
- Où sont les Etats Unis ?
- Où est la France ? La RCA est abandonnée? Cependant que les Terroristes islamistes sèment la désolation au même titre qu’au Mali ?
Jusque-là, il n’y a pas d’accès dans ces zones où se passent les plus grosses hostilités et terreurs du siècle.
Il n’y a pas de couloir humanitaire, les blessés de Guerre et les malades n’ont pas de soin, la famine les tue.
- Quel est le sort des Femmes et des Enfants ? Quelle Souffrance ? Quelle misère?
- Quelle Honte ? Quelle humiliation ? Nous allons rester dans l’inaction ? Er Personne n’en parle ?
Malgré les accords de Libreville, la conquête des terroristes islamistes continue, ceux-ci profitent des querelles à Bangui, pour les postes ministériels dans le nouveau Gouvernement, exploitent sans inquiétude du Diamant, de l’Or, détruisent notre faune, violent nos filles et nos femmes, soumettent nos frères et sœurs compatriote à la cruauté, à la barbarie et à l’esclavage dans nos villes conquises.
- Où sont les Hommes Centrafricains?
- Où est la Jeunesse Centrafricaine?
- Où est la Diaspora ? Même pas de manifestion pour la solidarité nationale ?
- Où sont les Femmes Centrafricaines ?
- Acceptez-vous cette humiliation ? Acceptez-vous l’islamisation de la RCA ?
- Où est l’Armée Nationale ?
LEVEZ VOUS, OU QUE VOUS SOYEZ !
UNISSONS-NOUS !
MANINESTONS POUR LIBERER LA RCA !
ALLONS EN GUERRE CONTRE LES ENVAHISSEURS !

Voila, ca recommence !

Par Herve

07/04/2013 23:44

On y est de nouveau! Une fois de plus on va avoir droit à une “conférence national”, un “gouvernement d’union national”, une “conférence de réconciliation” et je ne sais quoi encore. La dernière trouvaille est un “conseil supérieur de transition” sensé écrire une nouvelle constitution et organiser des élections. Tout ceci en moins de deux ans ! Pour un pays qui a cessé d’être un état digne de ce nom depuis plus d’une vingtaine d’année ! Du coup une myriade de partis politiques parfois ne représentant que la famille du “dirigeant”, des “organisations de femmes”, de bouchers, d’artistes ou des organisations de la “société civile” fantomatiques se mettent en avant pour s’assoir autour de la table en espérant avoir une place; qui pour s’assurer d’avoir une partie du “gâteau”, qui placer son “équipe” pour les bagarres avenir pour le pouvoir, qui pour se proposer comme l’unique alternatif pour le “changement”, qui pour avoir accès à la lumière de l’existence nationale…. Ceci avec des mots creux mille fois répétés car sonnant bien ou entendus çà et là. Les élections ou la paix comme but ultime en soit sans projet politique concret de société. Et cela, la plus part du temps, par ceux-là même qui, dans des temps plus moins éloignés ont contribué à notre descente aux enfers par manque de courage, par cupidité, par facilité, par clanisme, par opportunisme ou simplement par manque de vision nationale. On va donc encore faire semblant de croire qu’on va faire du neuf avec du vieux. Avec ceux et celles qui nous ont conduit dans le fossé et faisant l’éternel vœu pieux de “changement de mentalité”. Comme si un tel changement descendra du ciel et, comme par magie, circulera désormais dans les veines du “nouveau Centrafricain”. Comme si des conducteurs ayantt circulé depuis des lustres dans une ville sans feux rouge, du jour au lendemain, apprendront à s’arrêter au feu par «patriotisme». On attend, comme le prochain prophète, un “grand homme”, un “homme fort”, un “homme intègre aimant son pays”, et j’en passe, qui descendrait du ciel et, par un coup de baguette magique, “remettra les Centrafricains au travail” et “développera le pays”! Tout ceci, en faisant semblant d’oublier que soit même, à travers sa famille, son travail, son organisation, son parti ou son clan, on a contribué, même passivement, à ce que la situation devienne ce qu’elle est devenue. On a systématiquement le doigt tendu vers la France, le Tchad, les Bokassa, les Patassé, les Bozizé, les Kolingba, les Zandé, les Yakoma, les Banda, les Gbanziri, les Mandja, les Gbaya, les Chrétiens, les Musulmans, les Libanais, les nordistes, les sudistes, les “Ouestistes”, les “Estistes” et voir même les martiens. On va jusqu’a évoqué la “malédiction” comme excuse pour justifier l’injustifiable. Toujours la faute de quelqu’un d’autre, des autres! Qu’ai je fais-moi à titre individuel, ma famille, mon père, ma mère, mon oncle, mon cousin, mon parti ou mes amis pour qu’on en arrive là? Semblent être des questions qui ont longtemps été rayé du répertoire mental du Centrafricain. On va donc s’assoir de nouveau pour se “réconcilier” on aiguisant les couteaux pour les prochaines luttes si ce n’est pas “nous” qui somme au pouvoir. On affiche fièrement et avec gravité son attachement aux valeurs de la démocratie quand on est loin de la “table à manger” du pouvoir. Une fois qu’on y est assis, ces valeurs deviennent brusquement relatives. On cherche par tous les moyens à devenir un “intouchable”, un “kouta zo”, un “intellectuel”,…. On met sa plus belle veste et sa belle cravate pour prendre la pose et sa belle plume pour discourir sur les bienfaits de réalisations exagérées ou imaginaires de son pouvoir. La couverture religieuse et mystique avec un saupoudrage de “traditions” pour se donner bonne conscience. Des lors, prendre les mêmes personnes et les mêmes habitudes pour recommencer et être surpris(e) de repartir dans des cycles de violence à chaque décennie est proprement hallucinant. On fait le constat et les diagnostiques a longueur d’années et de pages. On attend toujours de lire les propositions au-delà des incantations et vœux pieux se résumant au “changement de mentalité”. Pour finir, voici quelques questions dont le fameux “conseil supérieur de transition” serait bien inspirer de soumettre à ses membres et apporter quelques élément de réponses à nous autres Centrafricain(e)s lambda ;
- Qu’a t’on fait avant qui n’a pas marché et pourquoi cette fois ci ça marcherait?
- Comment organiser et garantir les élections claires et transparentes et avec quels moyens matériels et humains?
- Pourquoi le siège de président de l’assemblée nationale ne serait pas systématiquement réservé au second parti à l’issue des élections législatives.
- Doit-on exiger un minimum d’instruction académique aux représentants du peuple (députés)?
- Comment garantir l’indépendance du système judiciaire et particulièrement de la cour suprême?
- Comment établir des mécanismes juridiques ET sociaux pour empêcher la violation des textes de lois par le pouvoir?
- Doit-on exiger que le bureau politique d’un parti soit représentatif de toutes les régions de la Centrafrique et que ce bureau soit renouveler régulièrement sous bulletin secret pour être reconnu officiellement?
- L’armée peut-elle être autorisée à prendre le pouvoir provisoirement quand les instances politiques de règlement des crises sont bloquées ? Si oui, comment et pour combien de temps ?
- Doit-on exiger que l’accès à certains postes de responsabilité politique et de défense ou équivalent soit uniquement réservé aux personnes ayant l’unique nationalité centrafricaine?
- Doit-on rendre publique les salaires et les dépenses de l’état?
- Faudrait-il faire entrer dans la constitution que tous les contacts engageant le peuple Centrafricain soit signer par l’assemblé nationale et non par le pouvoir en place?
- Devrait-on considérer comme prioritaire de sacrifier une partie de nos ressources naturelles contre la construction d’un chemin de fer à rattacher au réseau Camerounais ou Congolais pour enfin nous désenclaver?
- La Centrafrique peut-elle lancer une “organisation international des pays enclavés” pour défendre les intérêts au niveau mondial des pays comme elle n’ayant pas accès à la mer?
- Doit-on en finir avec le franc CFA pour créer une vraie monnaie régionale?
- Exiger un minimum de transformation avant exportation de nos ressources naturelles est-il économiquement possible?
- Comment s’assurer que ce sont les meilleurs des fils et filles du pays qui auront droit aux bourses et stages ?
- Décider de consacrer un minimum croissant du budget national pour uniquement l’éducation et la recherche est-il économiquement possible?
- Pourquoi ne pas faire qu’un mandat de sept (7) ans pour les prochains présidents?
- Comment protéger les citoyen(nes) contre les abus de l’état?
A lire et entendre la presse Africaine et mondiale, on est parti pour un nouveau cycle qui finira dans une dizaine d’année de nouveau dans la violence. A nous de la démentir. Cessons de chercher ailleurs les causes et les solutions de nos problèmes. Soyons pour une fois en accord avec une des devises de notre pays : DIGNE ….

Patriotiquement

Innocent Hervé Yamodo
Boston (USA)

A la recherche de témoignages

Par Alexya

12/05/2013 10:32

Bonjour,
Je suis à la recherche (dans le cadre de la rédaction d'un ouvrage) d'ouvrages et de témoignages sur d'anciens prisonniers de prisons africaines en Afrique centrale et plus précisément sur celle de Ngaragba en RCA (pour la période portant de 1970 à 1980). Auriez vous des titres à me proposer? Ou pourrais je être mise en relation avec des personnes susceptibles de m'éclairer de vive voix par leur témoignage.
Merci de votre réponse,
Bien cordialement,

GRAP est-il crédible ?

Par Eric POUMANGA

31/10/2013 08:34

Bonjour,
Je suis originaire de centrafrique et je voudrais savoir plus sur GRAP : sa structure, son fonctionnement. A Bordeaux nous n'avons pas que de bonnes nouvelles. Il semblerait que sa gestion soit très opaque, avec un président A VIE qui déteste passer la main, un peu comme l'image de gestion de notre pays.
Alors, qui est ce président ? Depuis quand est-il en poste ? Pourquoi que lui et non les autres à la tête du GRAP ? Dans ces conditions le GRAP mérite-t-il d'être aidé ?

VOS PHOTOS

Par JULES

03/11/2013 15:00

Je ne comprends pas le message que vous envoyé aux lecteurs en faisant défiler des photos de la capitale tchadienne sur votre site. Merci

COMMUNIQUE DE PRESSE DU MCR

Par Lydie Nzengou

17/12/2013 15:48

COMMUNIQUÉ DE PRESSE DU MOUVEMENT CENTRAFRICAIN POUR LA RUPTURE, LE MCR
(No 0001MCR/16/12/13)

Paris, le 17 Décembre 2013. La date du jeudi 05 décembre 2013 restera à jamais gravée dans l'histoire de la République Centrafricaine. Cette page de l'histoire qui marquera sans doute l'ouverture d'une ère nouvelle est écrite à l'encre rouge symbolisant le sang versé du peuple centrafricain. Peu importe le nombre de victimes qui est largement supérieur aux 600 annoncées, celui-ci nous ramène tout simplement au constat d'une tragédie humaine ou encore bien plus, d'un carnage pour paraphraser le président français François Hollande.
Le Mouvement Centrafricain pour la Rupture, le M.C.R, condamne fermement et vigoureusement ces crimes odieux et barbares qui viennent entraver le long et sinueux chemin de la réconciliation nationale.
Le M.C.R invite toute la classe politique centrafricaine cloîtrée dans un silence éloquent à faire preuve de décence vis à vis du peuple fortement meurtri et ébranlé par ces récents événements et à prendre ses responsabilités.
L'histoire, témoin indéniable de ce spectacle macabre jugera devant l'humanité toute entière non seulement les autorités de la transition qui portent une grande responsabilité dans les événements actuels, mais aussi, tous ces hommes et femmes politiques qui se sont relayés depuis des décennies à la tête de l’état et qui ont laissé de manière irresponsable grandir inexorablement les prémisses de ce à quoi nous assistons aujourd'hui.
Le Mouvement Centrafricain pour la Rupture rend un vibrant hommage au gouvernement français qui a su prendre ses responsabilités en tant que patrie des Droits de l'Homme et peser de tout son poids en faveur du vote de cette résolution aux Nations Unies autorisant l'intervention d'une force militaire pour sécuriser le pays.
Le M.C.R exhorte les pays de l'Union Européenne, les Etats Unis et tous les pays épris de démocratie à se joindre à la France dans son noble combat pour que triomphe la démocratie en République Centrafricaine.
Le Mouvement Centrafricain pour la Rupture adresse ses remerciements les plus chaleureux aux Chefs religieux chrétiens et musulmans qui main dans la main se sont substitués aux autorités de la transition pour apporter le message de paix dans les quartiers de Bangui et sur toute l'étendue du territoire Centrafricain et plaider pour une réconciliation immédiate.
Le M.C.R saisit cette occasion pour appeler tous les centrafricains à vivre en paix et en harmonie comme cela a toujours été la coutume en République Centrafricaine. Son histoire montre très clairement que son peuple est un peuple pacifiste, il ne serait donc pas question de se laisser aspirer ou distraire par cet esprit de haine tribale et confessionnelle aux racines diaboliques qui n'est prôné par aucune religion.
Le Mouvement Centrafricain pour la Rupture invite le peuple centrafricain à s'atteler à tourner très vite cette sombre page hélas indélébile de l'histoire de sa nation en s'appuyant sur le socle de la paix, de la fraternité et de la réconciliation. Ce socle inébranlable devra servir de rampe de lancement pour un retour rapide à la légalité constitutionnelle et à la démocratie afin que le peuple puisse enfin être libre et commencer à reconstruire le pays dévasté.
Le MCR réitère une fois de plus ses vives félicitations et encouragements à la Société civile centrafricaine et à toutes ces ONGs qui sont sur le terrain et face à cette crise humanitaire sans précédent en République Centrafricaine.
Le Mouvement Centrafricain présente ses condoléances les plus attristées aux familles des deux soldats français tombés au combat pour la République Centrafricaine et à tout le peuple centrafricain qui continue d'enterrer ses morts. Le soleil finira par briller sur la nation centrafricaine apportant ainsi des jours meilleurs pour sa reconstruction.

Tous ensemble, nous réussirons
Le MCR

Information sur la publication du dernier ouvrage de Maurice SARAGBA sur la RCA

Par nguinago

03/01/2014 10:07

L'association " Les Amis de la Centrafrique " a la joie de vous informer que l'ouvrage de Monsieur Maurice SARAGBA, historien et homme politique centrafricain, disparu en décembre 2012, est publié sur son site " lesamisdelacentrafrique.com ". Cet ouvrage s'intitule " De l'Oubangui-Chari à la République Centrafricaine. Naissance et évolution historique d'une colonie française ( 1889-1960 ) ". Ci-dessous, un extrait de l"avant-propos qui résume le contenu de cet ouvrage synthétique de qualité :
" En effet, l’ouvrage apportera aux étudiants, universitaires et intellectuels, une masse d’informations inédites, de connaissances sur la naissance et l’évolution du territoire de l’Oubangui-Chari et ses caractéristiques physiques, sur la mise en place du peuplement ancien et récent, les facteurs endogènes et exogènes de son sous-peuplement, les différentes missions d’exploration et de découverte de l’espace centrafricain, l’impact du système colonial, le pillage systématique du pays par les compagnies concessionnaires et les sociétés commerciales, les héros des résistances armées à la pénétration et à l’occupation française, l’implication du pays dans les deux guerres mondiales ( 1914-1918 ) et ( 1939-1945 ), l’éveil du nationalisme oubanguien et le souci du député-maire de Bangui, Barthélémy Boganda, de faire percevoir la vision de l’unité des peuples colonisés, la problématique de la succession de Boganda mort tragiquement dans la catastrophe aérienne ".
L'association " Les Amis de la Centrafrique " met aussi l'accent sur la préservation du patrimoine culturel de la République Centrafricaine, et à ce titre, vous trouverez sur son site une " compilation historique " ( Sanza lissoro ) des extraits des grands groupes musicaux du pays ( Centrafrican-Jazz-Ngombéka, Vibro Succès, Tropical Fiesta, Makémbé, Musiki ) accompagnée d'images de Bangui et de ses proches environs, une sorte d'état des lieux avant la catastrophe que nous connaissons en ce moment...
Pour nous écrire ou nous contacter, adressez-vous à " proverbes@lesamisdelacentrafrique.com ". Merci

communiqué

Par Moussa Mohamed

02/02/2014 20:42

COMMUNIQUÉ N°001/014/ DU MOUVEMENT INDÉPENDANTISTE NORD-CENTRAFRICAIN (MINCA).

Anti-balaka menace d'égorger tous les musulmans, à Bangui. Crédit photo : Sources


Après un demi-siècle d'occupation, de domination sauvage, de discrimination et d'injustice, les habitants du Nord Centrafrique viennent de prendre leur destin en mains afin de n'est pas être accusés par l'Histoire d'avoir pris la lâche décision de se résigner à la servitude et à l'esclavage que mènent contre eux depuis 54 ans les Sudistes.

En effet depuis l’indépendance de la République Centrafricaine en 1960 jusqu'à nos jours, les régions du Nord de la Centrafrique majoritairement musulmanes sont systématiquement laissées a l'abandon par les différents régimes successifs qu'a connu la RCA.

Ainsi dans 11 des 16 préfectures que compte la Centrafrique, l’État n'existe que par son nom, on déplore par manque de volonté politique l'absence des services étatiques, l’inexistence des infrastructures de communication, certaines régions sont coupées du reste du pays et du monde pendant plus de la moitié d'année par manque des routes comme c'est le cas de la préfecture de la Vakaga imposant à la population de ces régions d'être assiégée pendant plus de 7 mois dans une année.

Les écoles sont inexistantes, plusieurs villes et villages n'ont pas d'école, avec comme conséquence une an-alphabétisation très élevée de la population nordiste, voulue par tous les régime successifs pour maintenir dans l'ignorance la population de ces régions pour les mieux dominer comme par exemple la ville de Birao chef lieu d'une préfecture mais qui n'a même pas un Lycée.

Pour ce qui est des hôpitaux n'en parlons pas, ainsi les régions du Nord ont les taux des mortalités infantiles le plus élevés de la RCA et l'espérance de vie le plus faible du monde ce qui explique la faible densité de certaine préfectures du Nord et le manque en ressources humaines indispensable au développement qui est lui même source de paix et de stabilité.

L'absence d'eau potable est source de plusieurs maladies ajoutée au manque de service sanitaire adéquat, ainsi dans certains région du Nord pour avoir de l'eau, il faut marcher pendant des heures, à l'image de la ville de Bambari ville située a seulement quelque centaines de kilomètres de la capitale où l'eau se fait rare et les gens sont obligés d'utiliser des eaux sales par nécessité tout en étant conscient des risques qu'ils encourent.

L’inexistence de l’électricité est un véritable frein au développement du Nord

L'insécurité, le braconnage et les incursions qu'effectuent les voisins Soudanais et Tchadiens a cause de l'absence d'un appareil sécuritaire dissuasif expose la population à des graves dangers, plusieurs grandes villes du Nord n'ont même pas de policier, ni gendarme.

Le niveau très élevé du chômage dans les régions du Nord et les sentiments d'abandons par l’état expliquent la prolifération des différents groupes politico-militaires et rebellions dont notamment la coalition Séléka.

La discrimination systématique exercée sur les habitants du Nord (surtout musulmans) par les sudistes les traitant d'étranger à cause de leurs croyances, notamment sur les barrières et dans les administrations, profitant de leur analphabétisme, les droits de la population du Nord sont bafoués et leur bien sont souvent spoliés.

La crise politique qu'a connu la RCA fin 2012 et l’avènement de la Séléka au pouvoir et les derniers développements de cette crise, depuis la création des milices Anti-Balaka ont grandement contribuer à démasquer cette haine non justifiée contre les musulmans, dès lors tous les musulmans sont systématiquement cible de toutes les barbaries les plus inhumaines, des femmes, des enfants, des vieillards ont été égorgés comme des moutons, brûlés vifs la chaire de certain d'entre eux a même été consommée.

Plusieurs dizaines de mosquées ont été brûlées, démolies jusqu'à la dernière brique, des Corans déchirés et des appels à l'extermination des tous les musulmans sont lancés, tous cela devant les cameras des médias du monde entier ces appels ont été suivis par des scènes de lynchage atroce avec même des actes de cannibalismes contre des sujet musulmans prétextant que tout musulman est Séléka, nous rappelons ici que la Séléka est avant tout une organisation politique, elle n'est en aucun cas représentative de la communauté musulmane. Dans leur folie meurtrieure ils n'ont épargne aucun musulman même les musulmans étrangers établis depuis des années en RCA ont fait le frais de cette macabre tuerie entraînant ainsi leur rapatriement en masse.

Les maisons et les commerces des musulmans ont été pillés, depuis le 05 Décembre jusqu'à ce jour rien que dans la ville de Bangui on compte 1027 maisons et 3976 commerces pillées évaluées à plusieurs milliards de francs cfa, toutes appartenant aux musulmans et pas moins de 2802 musulmans tués par les Ant-balaka dans l'ensemble du territoire Centrafricain.
Même les peuls Mbororo dans la brousse avec leur bétail n'ont pas échappé à ces massacres, des femmes ont été violées.

Face à cette barbarie plusieurs musulmans Centrafricains et certains habitants non musulmans ont dû se déplacé vers le Nord, leur nombre est compté en plusieurs centaines de milliers.

En prenant en considération tous ces faits, les Nord-Centrafricains voyant leur avenir incertain dans une Centrafrique unie ont pris la décision de revendiquer leur droits bafoués et leur dignité salies à travers ce nouveau Mouvement pacifique qu'ils viennent de créer dénommé "Mouvement Indépendantiste Nord-Centrafricain" en abrégé (MINCA).

Ce mouvement qui regroupe toutes les forces vives du Nord-Centrafrique dans leur ensemble sans distinction religieuse, régionale ou ethnique vise les objectifs suivants:

La libération totale du Nord-Centrafrique de la domination sudiste.
La reconnaissance des droits de la population du Nord à leur terre et à la liberté et aux choix au choix politiques.
Et en fin la création d'un Etat démocratique, laïque, indépendant, souverain, reconnu par la communauté internationale et respecté, cet État aura comme dénomination "Nord-Centrafrique".

Le MINCA restera toujours fidèle à ses engagement tout en reconnaissant la complexité de cette noble lutte et est déterminé à atteindre ses objectifs par tous les moyens passibles.

Le MINCA appelle tous les compatriotes du Nord comme ceux du Sud et ceux de la diasporas d'apporter massivement leur contribution a cette cause qui est plus que nécessaire.

Par ailleurs le MINCA demande le soutien de la communauté internationale, de l'Union Africaine les organisations sous-régionales telles que la CEEAC, CEMAC et les organisations internationales qui traitent des questions des droits de l'homme et du peuple.

VIVE LE NORD-CENTRAFRIQUE LIBRE ET INDÉPENDANT
Fait à Birao le 13 Janvier 2014
Moussa Mohamed
Le Président du mouvement
Courriel:minca@outlook.fr

CHANSON DE PAIX

Par MIRAK

09/02/2014 20:44

BONJOUR JE SUIS UN ARTISTE IVOIRIEN ET JE VOUS PROPOS MON CLIP POUR LA DIFFUSION SUR VOS ANTENNE VOICI LE LIEN YOUTUBE
MERCI DE ME CONTACTEZ AU 00225 44459399
http://youtu.be/dm54Wx0vO70

R.C.A.

Par DASS

27/02/2014 12:31

déjà 19 soldats de la MISCA morts en R.C.A.pour des centrafricains incapables d'assurer leur propre sécurité et celle de leurs biens.la honte.

je ne reçois plus le journal

Par bernardcannes06

03/06/2014 09:52

de Bangui depuis presque 2 semaine, que ce passe t'il merci de me répondre

Bernard forestier

De Patassé, Bozizé à Samba Mpanza

Par Nganassem

08/06/2014 16:02

Des incompétents et assoiffés du pouvoir alliés au Tchad, ont plongé la RCA dans la crise qu'elle traverse aujourd'hui.
Nous n'avons jamais entendu parler du Tchad, ni du Zaïre sous DACKO, BOKASSA ou KOLINGBA et les centrafricains ont connu la paix et l'unité nationale sous ces dirigeants, malgré quelques dérapages de BOKASSA.
Alors, la République du LOGONE ! ZIGUELE et DOLEGUELE qu'en pensez-vous ? C'était votre cheval de bataille, avant et pendant le règne de votre maître barbu Patassé. Vous prenez les centrafricains pour des imbéciles ? Sachez que votre stratégie basée sur l'ethnie majoritaire(démocratie aidant) ne tient plus la route et vous n'accéderez plus au pouvoir par cette voie.
Madame SAMBA PANZA qui fait appel à DEMAFOUTH de son vrai nom MAFOUTAKPA, pour l'épauler dans la campagne de reconstruction nationale, a sans doute la vision pragmatique de reconstruction nationale.
Madame SAMBA PANZA ignore que DEMAFOUTH alias MAFOUTAKPA a toujours été animé par l'esprit de conquête du pouvoir par tous les moyens. Voila un personnage qui n'a jamais fait des étude d'avocat et qui se dit avocat par le simple fait d'voir été, sous contrat à durée déterminée, traducteur SANGO-FRANCAIS à l'OFPRA, une structure française en charge d'étude et de réintégration au cas par cas des étrangers arrivés sans visa sur le sol national.
C'est PATASSE(tout le monde espère que DIABLE a con âme la haut), face à l'illettrisme de sa famille et à l'incompétence de son clan qui se laissera séduire par MAFOUTAKPA ou encore KOYAMBOUNOU, contraint de quitter le RDC pour avoir détourné un cercueil à l'aéroport de Bangui, croyant tomber sur de l'or alors qu'il emportait dans son élan et ses sens de douanier-ripou, le corps d'un honnête centrafricain décédé en France.
BEDOUNGA est par contre le symbole de l'écroulement de la classe politique centrafricaine : personnage sans réelle référence universitaire, sale comme ses idées et qui cherche vivre par sa grande gueule de loup méchant.
Après BOKASSSA,DACKO et KOLINGBA, noter pays n'a plus de répondant sur la scène internationnale. Nous avons connu des périodes de gloire d'esprit et de compétence sous ces trois Chefs d'Etat.
Avec Patassé et Bozizé, la Centrafrique a touché le fond : deux régimes qui ont brillé par l'incompétence et surtout l'alcoolisme chronique.. C'est à cause d'eux que les Tchadiens et les Zaîrois ont envahi pour la première fois la Centrafrique.
ZIGUELE et DOLEGUELE, vous pouvez sillonner le monde entier, donner des conférences partout sur terre, sachez qu'aujourd'hui les nordistes souffrent à cause des vous et votre vision de la République du LOGONE. A l'occasion, nous nordistes, voterons contre vous car le pouvoir au nord a plongé la RCA dans un ténèbres sans fin.
VIVE LA CENTRAFRIQUE

Clip SIRIRI en Centrafrique

Par twaps

01/07/2014 14:08

https://www.youtube.com/watch?v=QcesDugd3XA

SVP AIDEZ MOI A TROUVER LA FAMILLE DE MON PERE!!!

Par MURY

24/07/2014 17:18

TOUS D'ABORD JE VOUDRAIS VOUS FELICITEZ DE TOUS CEQUE VOUS FAITES POUR LES CENTRAFRICAINS VIVANT A L'EXTERIEUR. VOUS NOUS PERMETTEZ DE SUIVRE LES ACTUALITES. GRAND MERCI A VOUS ET CONTINUER DE LA SORTE.
MAIS LA VRAI RAISON POUR LAQUELLE JE VOUS CONTACT AUJOURDUI C'EST PARCEQUE JE SUIS DESPEREE, DESPEREE DE TROUVER MA FAMILLE PATERNELLE. FAMILLE BAILO. JE SUIS NEE EN COTE D'IVOIRE D'UNE IVOIRIENNE ET D'UN PERE CENTRAFICAIN. ET J'AI GRANDI ET VI AUX USA. MON PERE EST DECEDE QUAND J'AVAIS TROIS ANS DU COUP JE NE L'AI JAMAIS CONNU. JE SUIS A LA RECHERCHE DE SA FAMILLE. MEME SI VOUS NE POUVEZ PAS M'AIDER, PLEASE PLEASE METTEZ MOI EN CONTACT AVEC DES PERSONNES QUI POURRONT. DES COMPAGNIES D'ANNONCE, RECHERCHE. PLEASE JE SUIS DESPEREE.

SVP AIDEZ MOI A TROUVER LA FAMILLE DE MON PERE!!!

Par MURY

24/07/2014 17:21

TOUS D'ABORD JE VOUDRAIS VOUS FELICITEZ DE TOUS CEQUE VOUS FAITES POUR LES CENTRAFRICAINS VIVANT A L'EXTERIEUR. VOUS NOUS PERMETTEZ DE SUIVRE LES ACTUALITES. GRAND MERCI A VOUS ET CONTINUER DE LA SORTE.
MAIS LA VRAI RAISON POUR LAQUELLE JE VOUS CONTACT AUJOURDUI C'EST PARCEQUE JE SUIS DESPEREE, DESPEREE DE TROUVER MA FAMILLE PATERNELLE. FAMILLE BAILO. JE SUIS NEE EN COTE D'IVOIRE D'UNE IVOIRIENNE ET D'UN PERE CENTRAFICAIN. ET J'AI GRANDI ET VI AUX USA. MON PERE EST DECEDE QUAND J'AVAIS TROIS ANS DU COUP JE NE L'AI JAMAIS CONNU. JE SUIS A LA RECHERCHE DE SA FAMILLE. MEME SI VOUS NE POUVEZ PAS M'AIDER, PLEASE PLEASE METTEZ MOI EN CONTACT AVEC DES PERSONNES QUI POURRONT. DES COMPAGNIES D'ANNONCE, RECHERCHE. PLEASE JE SUIS DESPEREE.

SVP AIDEZ MOI A TROUVER LA FAMILLE DE MON PERE!!!

Par MURY

24/07/2014 17:22

TOUS D'ABORD JE VOUDRAIS VOUS FELICITEZ DE TOUS CEQUE VOUS FAITES POUR LES CENTRAFRICAINS VIVANT A L'EXTERIEUR. VOUS NOUS PERMETTEZ DE SUIVRE LES ACTUALITES. GRAND MERCI A VOUS ET CONTINUER DE LA SORTE.
MAIS LA VRAI RAISON POUR LAQUELLE JE VOUS CONTACT AUJOURDUI C'EST PARCEQUE JE SUIS DESPEREE, DESPEREE DE TROUVER MA FAMILLE PATERNELLE. FAMILLE BAILO. JE SUIS NEE EN COTE D'IVOIRE D'UNE IVOIRIENNE ET D'UN PERE CENTRAFICAIN. ET J'AI GRANDI ET VI AUX USA. MON PERE EST DECEDE QUAND J'AVAIS TROIS ANS DU COUP JE NE L'AI JAMAIS CONNU. JE SUIS A LA RECHERCHE DE SA FAMILLE. MEME SI VOUS NE POUVEZ PAS M'AIDER, PLEASE PLEASE METTEZ MOI EN CONTACT AVEC DES PERSONNES QUI POURRONT. DES COMPAGNIES D'ANNONCE, RECHERCHE. PLEASE JE SUIS DESPEREE.

Les encouragement

Par ALPHONSE

06/08/2014 19:03

Au non de l'organisation Héritiers de la Justice, basée à Bukavu en RDC, je vous présente nos sincères félicitations pour le travail et les efforts par vous fournis. Un plaidoyer solide pour une paix durable en RCA et en RDC est d'une importance capitale et demande l'implication des tous.

Bon courage et félicitation pour la qualité de votre site.

Pour Héritiers de la Justice (www.heritiersdelajustice.org),

Alphonse Mwendelwa



Pour donner votre avis

Les champs précédés d'un * sont obligatoires

Vous
   
Pseudo*
E-mail
   
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
 
Votre message
   
Titre*
Message*
 
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation


 

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués