DOSSIERS  |     DOSSIERS+  |     FORUM BRAZZAVILLE  |    

UNOCA: Abdoulaye Bathily exhorte les acteurs politiques centrafricains à se rendre à Brazzaville

Par Sébastien Lamba/ACAP - 18/07/2014

L’objectif du forum de Brazzaville est de jeter les fondements du processus de réconciliation nationale dont les centrafricains doivent être eux-mêmes les acteurs principaux


 

Article UNOCA: Abdoulaye Bathily exhorte les acteurs politiques centrafricains à se rendre à Brazzaville
Nombre de messages: 1
Pages: 1  


La France joue un mauvais jeu en Centrafrique via ses marionnettes imposées comme présidents de certains états Africains..

Par sorokaté

19/07/2014 19:53

Vous êtes ici : Kangbi-Ndara » Actualité » Centrafrique / analyse :la boite à pandore de Dame Samba-Panza étrangle la transition
Centrafrique / analyse :la boite à pandore de Dame Samba-Panza étrangle la transition

17 juil, 2014 | Par kangbi-ndara | Catégorie: Actualité | 396 vues
Marc Polélé à Kangbi-ndara.net / Il n’est secret pour personne que des agitations constatées depuis ces derniers de certains acteurs que se soit de la classe politique, de la plate forme interreligieuse et de la société civile ont pour l’unique et le seul chef d’orchestre madame SAMBA-PANZA Catherine, Chef de l’Etat de la Transition lorsqu’on suivait en direct par la voix de BBC Afrique un de ses conseillers notamment celui politique, porte parole qui s’était d’ailleurs, déjà catégoriquement opposé au principe de la tenue d’un Forum inter-centrafricain au Congo Brazzaville demandé au cours d’une concertation des Chefs d’Etat et de Gouvernement de la CEEAC, organisée en marge de la 23e session ordinaire de l’UA le 27 juin 2014 à Malabo en Guinée Equatoriale.

mama cathyEn effet, madame la Présidente de la Transition, mis à part l’humiliation qui lui aurait infligé par ses pairs, après avoir été autorisée juste à la fin en vue justement de venir écouter la brillante lecture du communiqué final d’une concertation scellant le sort de Dame DAMBA-PANZA dépassée par les événements. Dès lors la Présidente de la Transition n’a jamais apprécié les recommandations issues de la réunion de ces « faiseurs de roi » en Centrafrique surtout en ce qui concerne le vœu de ces Chefs d’Etat de ramener sur la table de négociation le dossier de l’Ancien Président François BOZIZE qui constituerait la bête noire non seulement des Autorités imposées, mais surtout des politiciens qui avaient beaucoup plus milité en apportant leur caution politique à la nébuleuse coalition rebelle de la Séléka pour sa chute le 24 mars 2013 par le coup d’état de Michel DIOTODJA.

Au fait, quand la Présidente de la Transition a appris cette nouvelle orientation dans la gestion de la crise centrafricaine a considéré cela comme de l’humiliation à son égard puisque le gage au départ été qu’elle devrait aller au bout du processus de la Transition c’est-à-dire jusqu’à organiser les prochaines échéances électorales prévues sans garantie en février 2015.

Mais la Communauté Internationale en s’établissant sur les faits quotidiens du terrain ont estimé que madame la Présidente ne peut pas être la solution à la crise qui secoue la RCA depuis le déclenchement des hostilités le 10 décembre 2012. Le Ministre Français de la Défense Jean Yves Le-Drian pour sa sixième fois de vite sans succès en Centrafrique a même reconnu que Madame SAMBA-PANZA n’a jamais été la solution pour la RCA pendant une crise qui a déchiré profondément le pays au risque de surcroît d’une partition de fait. Puisque étant directement informée de ce qui adviendrait d’ici le Forum de Brazzaville, la Présidente de la Transition a ainsi commencé à intoxiqué et instrumentalisé certains leaders d’opinion à œuvrer pour boycotter la tenue du Forum de Brazzaville, mais seulement à Bangui si dialogue y est et non à l’étranger. Raisons inédites c’est qu’à Brazzaville les Autorités de la Transition ne disposeraient pas de marge de manœuvre et les clauses qui en résulteraient leur seraient seulement dictées comme à Libreville au Gabon en Janvier 2013 et à N’Ndjamena tout récemment en janvier 2014.

Voila maintenant que la Présidente a ouvert la boîte à pandores, les effets sont actuellement immaîtrisables et risqueraient fort bien de retourner contre les Institutions de la Transition voire la destitution imminente de Dame SAMBA-PANZA Catherine et de tout son Gouvernement sans mettre débout le Conseil National de Transition. Les clauses de Brazzaville sont déjà connues de l’avance et trancheraient très radicalement sans sentiment aucun en vue d’arrêter définitivement l’hémorragie dévastatrice et sanguinaire qui sans doute pourraient avoir une contamination sous régionale et régionale.

Déjà certaines indiscrétions au milieu diplomatique laissent entendre à ceux qui veulent entendre que la France, l’ONU, l’UA et la CEEAC en un mot la Communauté Internationale soutiennent le retour à l’ordre constitutionnel avec l’Ancien Président François BOZIZE , mais basé sur la logique de cohabitation. C’est-à-dire François rétablit Président de la République et Michel DJOTODIA quant à lui serait nommé Vice Président dans le seul souci de ramener la cohésion sociale pour le vivre ensemble.

Share on facebookShare on twitterShare on emailShare on pinterest_shareMore Sharing Services
7
2 COMMENTAIRES POUR “CENTRAFRIQUE / ANALYSE :LA BOITE À PANDORE DE DAME SAMBA-PANZA ÉTRANGLE LA TRANSITION”
yassitoungou dit :
17 juillet 2014 à 17 h 54 min
Erratum : il parait que Djotodia serait Premnier Ministre et non Vice-Président, poste qui n'existe pas dans la Constitution de 2004 qui sera rétabli. Les traitres politicards, qui ont trahi non seulement le peuple mais les deux chefs criminels des Libérateurs et Sélékas, sont de ce fait en plein désarroi. Quand au peuple, ses intérêts n'ont jamais compté pour la France. La France en sortirait requinquée de disposer deux hommes de pailleu au sommet de l'Etat. Patriotes et démocrates centrafricains, notre pays est encore dans les mains des bandits et vendus au colon. A nous de mieux nous regrouper, nous organiser pour lancer la lutte finale pour laquelle Boganda a donné sa vie.

Répondre
kindagozo dit :
17 juillet 2014 à 20 h 29 min
Les pays n'ont pas d'amis mais des intérêts. Les aspirations du peuple Centrafricain n'intéressent pas la communauté internationale encore moins la France qui a fait un forcing via le conseil de sécurité à travers la résolution 2127 pour revenir en force en Centrafrique négocier le contrat d'exploitation du pétrole . Aujourd'hui , elle refuse d'appliquer à la lettre les clauses des différentes résolutions et fait les yeux doux à la séléka en vue du pétrole de Boromata. Concrétement qu'est-qu' a t-elle fait contre l'installation de l' état major des séléka à Bambari? le forum de Brazzaville est une perte de temps , un tourisme . La CEEAC ferait-mieux d'utiliser cet argent pour payer le salaire des MISCA, le PGA des ex seleka cantonnés à Bangui. Si les ati balaka et les ex séléka sont incapables de se remettre en cause et de signer un arrêt des hostilités en terre centrafricaine . Toutes les tentatives de pardon , de réconciliation et de cessez la spirale de violence , représailles et contre représailles ont été contestées par des fractions dissidentes. Quelle bagette magique le soit-disant forum de Brazzaville dispose pour changer la donne ? L'accord politique de Libreville du 11 janvier 2013 n'avait pas été repecté ni par Bozize ni par les séléka, c'est Brazzaville qui va les amener à la raison? L 'entrée des Séléka et des Anti-balaka au gouvernement ( ils y sont déjà et pour quel résultat?) n'apportera pas la paix en Centrafrique . Les Anti- balaka au CNT ,dans un pays qui est sous curatelle voire tutelle de la CEEAC, ne changera rien , sinon le partage du gateau .il ne faut pas être naïf. Aucune élection en Centrafrique ne s'est faite sur la base religieuse , la RCA est un pays laïc et ce n'est pas aux chefs d' Etat de la CEEAC de nous imposer le critère religieux pour la repartition des postes ministériels . Cette communauté internationale qui clame qu'il revient aux Centrafricains de résoudre les problèmes du Centrafrique et entre temps , veut tout dicter , tout mâcher et cracher dans la gueule du Centrafrique ? Elle parle d'embargo sur les armes , elle refuse que la RCA refonde son armée nationale pour assurer la défense du territoire et des biens et des personnes. Elle ne fait rien pour empêcher l'importation des armes via le Soudan et le Tchad . Comment et où Nourradime a -t-il trouver des armes pour doter sa rebellion? Ce qui se passe à Birao présentement n'interesse aucun chef de l' Etat de la CEEAC. Même le président du CNT n'a pas fait allusion dans son discours de ce matin. le nouveau bureau politique avec à sa tête le duo sanctionné par la même communauté interationale est largement contesté dans les rangs des combattants séléka . Qui vont les représenter légalement à Brazzaville . je félicite le pragmatisme de l' Angola, membre de la CEEAC , qui passe outre l'embargo du Conseil de sécurité des Nations unies , accepté par l' 'UA , pour former des militaires Centrafricains. Que fait cette communauté internationale face au pillage de nos ressources naturelles ( or, diamants, bois, faune?). Tous ceux qui iront à Brazzaville auront à rendre compte au peuple Centrafricain de l' echec de leur tourisme alimentaire

Répondre



Pour donner votre avis

Les champs précédés d'un * sont obligatoires

Vous
   
Pseudo*
E-mail
   
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
 
Votre message
   
Titre*
Message*
 
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation


 

Agenda - événements

Lancement du Africa CEO Forum 2015
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBANGUI.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués